Les entreprises étrangères sont attirées en Chine du fait de son environnement optimisé des affaires, indiquait mardi le journal Economic Daily.

Le nombre d’approbations de nouvelles entreprises à capitaux étrangers a augmenté de 102,7 %, pour atteindre les 41 331 au cours des huit premiers mois de l’année. L’utilisation réelle des investissements étrangers a quant à elle atteint les 86,5 milliards de dollars US (75,1 milliards d’euros), soit une croissance de 6,13 % sur la même période, selon les dernières données du ministère du Commerce.

La Chine a promis des efforts continus dans la réforme et l’ouverture, mais également dans son engagement envers une économie ouverte. Le mois dernier, le Conseil des affaires d’Etat s’est engagé à prendre plus de mesures pour faciliter l’aboutissement de projets majeurs à capitaux étrangers, des droits de douane moins élevés sur certains produits importés et une simplification accélérée des procédures de dédouanement.

Le Premier ministre Li Keqiang a souligné à de nombreuses occasions l’engagement de la Chine envers l’ouverture de son accès au marché, l’équité de traitement entre les entreprises chinoises et étrangères, une protection plus efficace des droits de propriété intellectuelle et la facilitation continue des investissements étrangers dans le pays.

Alors que l’entreprise japonaise d’électronique Omron a fermé son usine de Suzhou au mois de juillet, celle-ci a par ailleurs augmenté ses investissements de 1 milliard de yens (7,7 millions d’euros) à Shanghai. Selon l’Economic Daily, Omron exprime ainsi sa confiance dans le marché chinois, cette mesure ayant été prise pour améliorer sa structure des investissements au sein de la concurrence locale et dans un contexte de coûts accrus de la main d’œuvre.

D’autres entreprises étrangères surfent également sur cette « vague d’ouverture ». Tesla, la startup américaine spécialisée dans les voitures électriques, a signé un accord pour bâtir une nouvelle usine à Shanghai, de laquelle sortiront 500 000 nouveaux véhicules chaque année ; le géant allemand de la chimie BASF va investir 10 milliards de dollars pour bâtir un site de production chimique Verbund dans le Guangdong ; tandis qu’ExxonMobil, la plus grande compagnie pétrolière et gazière des Etats-Unis, prévoit d’investir 10 milliards de dollars dans des projets pétrochimiques.

D’après l’Economic Daily, les investissements étrangers continueront leur dynamique de croissance et ont une confiance renforcée dans la deuxième économie mondiale. Le journal cite notamment des données du ministère du Commerce indiquant, que l’utilisation des investissements étrangers dans les secteurs de la haute technologie a augmenté de 6,6 % entre janvier et août.