Le Sommet mondial d'action pour le climat, qui rassemble des délégués de gouvernements municipaux et régionaux, d’industries et d’instituts de recherche, a été officiellement ouvert jeudi dans la ville américaine de San Francisco avec pour objectif de renforcer la coopération dans la lutte contre le changement climatique.

Lors de la séance plénière d'ouverture, la maire de San Francisco London Breed a appelé les villes du monde entier à se mobiliser et à faire face au changement climatique, alors qu’elle accueillait plus de 4000 délégués venus du monde entier pour ce sommet.

Xie Zhenhua, représentant spécial chinois pour les affaires de changement climatique, a déclaré lors de la séance plénière que la Chine avait fait de la lutte contre le changement climatique une stratégie majeure de son développement économique et social.

Le produit intérieur brut de la Chine a été multiplié par 1,5 entre 2005 et 2017, mais ses émissions de carbone ont chuté de 46%, atteignant ainsi en avance l'objectif de réduire de 40% à 45% les émissions de carbone d'ici 2020, a souligné M. Xie.

Il a ajouté que le pays avait investi 126,7 milliards de dollars pour développer les énergies renouvelables, marquant la sixième année consécutive dans laquelle la Chine investissait le plus dans le monde en tant que nation dans les énergies renouvelables.

Les efforts de la Chine dans la lutte contre le changement climatique ont été reconnus et salués par de nombreux orateurs lors du sommet.

« Le leadership de la Chine a été vraiment exceptionnel. Je veux répéter la gratitude que les gens du monde entier ressentent pour la Chine », a déclaré Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis, dans un discours prononcé au Pavillon de la Chine, un événement affilié au sommet.

Il a indiqué qu'il était grand temps que les pays accélèrent le financement de l'énergie propre et éliminent progressivement les subventions aux combustibles fossiles, car les conséquences de la crise climatique, telles que la multiplication des grandes tempêtes, commencent à réveiller les populations du monde entier.

« Il est significatif que la Chine soit également le leader mondial dans le financement des énergies renouvelables », a-t-il noté.

Défiant les personnes, les communautés, les sociétés et les économies du monde entier à « relever le défi et à en faire davantage », le sommet vise à faire passer l'ambition à un niveau supérieur dans cinq domaines clés, à savoir : des systèmes énergétiques sains, une croissance économique inclusive, des communautés durables, une gestion des terres et des océans, et des investissements climatiques transformateurs.

Ce rassemblement de trois jours comprendra plus de 25 sessions, 325 événements affiliés et 500 engagements majeurs dans le domaine du climat.