Les autorités disciplinaires de la province centrale chinoise de Henan enquêtent sur une fraude possible dans la notation des réponses d’étudiants à l’examen national d’entrée à l’université, le gaokao.

Les autorités enquêtent sur un échange présumé des feuilles de réponses de quatre étudiants et publieront leurs conclusions dès que possible, a indiqué lundi le Département provincial en charge de l’éducation.

Les parents de quatre étudiants dans quatre villes ont affirmé aux autorités disciplinaires qu’ils suspectaient une faute professionnelle du Bureau local des admissions à l’éducation supérieure, qui aurait échangé les feuilles de réponse au gaokao de leurs enfants.

Les parents auraient commencé à se poser des questions, lorsque leurs enfants ont reçu des résultats de moitié inférieurs à ce qu’ils attendaient, après des bons résultats obtenus lors des examens blancs, selon un message publié sur WeChat par Su Hong, le père de l’un des étudiants, habitant à Zhoukou dans le Henan.

Su Hong accuse les officiels du Bureau des admissions d’abus de pouvoir et de connivence. Selon lui, les parents ont fourni des preuves rassemblées par divers moyens aux autorités disciplinaires.

Su Hong a déclaré qu’il avait pris des photos de la feuille de réponses de sa fille pour l’examen de chinois, le 26 juin au Bureau des admissions. Après avoir vu les photos, sa fille a déclaré que cette dissertation n’était pas la sienne.

Lu Xiaomei, la mère d’un étudiant de Shangqiu, a déclaré que les numéros d’identification de la feuille de réponse de sa fille étaient différents pour les quatre sujets.

Selon les étudiants, il y avait également des marques de correction sur les feuilles de réponses, qui ne correspondaient pas à leur écriture.

Mardi, le Bureau local des admissions à l’éducation supérieure a déclaré qu’après avoir reçu les rapports des parents, les feuilles de réponses des quatre étudiants avaient été vérifiées à plusieurs reprises, mais que rien d’anormal n’avait été trouvé.

Dans le cadre du système du gaokao, qui fait naître une concurrence intense et un stress important chez les jeunes Chinois, les autorités centrales mettent en place des quotas sur le nombre de candidats que les universités doivent admettre dans chaque région. Les étudiants des provinces avec des populations plus importantes ont donc plus de mal à obtenir leur admission dans les universités plus prisées.

Près de 984 000 étudiants du Henan ont passé le gaokao cette année, le nombre le plus élevé parmi toutes les provinces, municipalités et régions autonomes.

D’après Chu Zhaohui, un chercheur senior de l’Institut national des sciences de l’éducation, le gaokao devrait être organisé par des organisations professionnelles spécialisées dans les examens, plutôt que par les autorités en charge de l’éducation. Cela permettrait de prévenir les possibles abus de pouvoir par les officiels.

Le gaokao est considéré comme l’examen le plus important pour les étudiants chinois du secondaire, car leurs résultats déterminent largement leur avenir. Les candidats doivent obtenir les meilleures notes possibles pour obtenir leur admission dans les meilleures universités, dont le diplôme garantit un avenir radieux avec un certain statut social, une certaine richesse et parfois même une certaine influence.