Les Etats-Unis n’ont aucune preuve claire et convaincante pour justifier leur accusation d’agression économique et de transfert de technologie forcé en Chine, a déclaré He Weiwen, chercheur au Centre pour la Chine et la mondialisation (CCM).

Un séminaire Chine-Etats-Unis sur les frictions commerciales a été organisé conjointement par le CCM et l’Institut Hudson le 30 juillet, alors que les deux plus grandes économies mondiales sont dans une impasse. Des experts de ces deux groupes de réflexion ont exprimé leurs points de vue sur cette question épineuse.

En ce qui concerne l'accusation de transfert de technologie forcé de sociétés étrangères, M. He, ancien conseiller économique et commercial auprès du consulat général de Chine aux Etats-Unis, a souligné que le rapport est dépourvu de faits et de données concrètes, faisant référence à un passage du rapport de la Maison Blanche sur la prétendue agression économique de la Chine qui parle de « stratagèmes réglementaires coercitifs et intrusifs pour forcer les sociétés étrangères à transférer leur technologie ».

Selon des chiffres de l'Enquête du Conseil sur l'environnement commercial de l’organisation US-China Business Council, 81 % de ses membres ont déclaré qu'aucune demande de ce genre n'avait été faite par le gouvernement chinois. Le reste, soit 19 %, a fait savoir que les demandes émanaient des partenaires commerciaux chinois, pas du gouvernement.

En outre, le gouvernement américain accorde également un soutien et des subventions à ses entreprises, ce qui rend l’accusation farfelue.

Le rapport considère les mesures de restriction sur la propriété étrangère prises par la Chine comme preuve du transfert de technologie obligatoire, citant les rapports du département d'Etat américain et de la Chambre de commerce américaine, mais aucun détail précis n'est fourni. La restriction sur la propriété étrangère n’est cependant en aucun cas un transfert de technologie forcé.

Lors de la Conférence mondiale du secteur manufacturier qui s’est déroulée en mai dernier à Hefei, dans la province de l’Anhui, la société Whirlpool a annoncé la création de son centre mondial de recherche et développement dans le chef-lieu de la province. Le président de Volkswagen Chine a annoncé que le véhicule fonctionnant aux énergies nouvelles JAC Volkswagen était sur les lignes de montage. Aucune de ces sociétés n’a déclaré que la Chine avait effectué une demande de transfert de technologie obligatoire.

Tout recours et toute consultation doit se faire dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). S’il y a en Chine des cas spécifiques qui ne sont pas conformes aux règles de l'OMC, ils devraient être traités conformément aux règles de l'OMC. S'il n'y a pas de faits spécifiques, le rapport sur l’agression économique chinoise est sans fondement.

Selon Michael Pillsbury, directeur du Centre sur la stratégie chinoise de l’Institut Hudson, des malentendus et des barrières existent également entre les États-Unis et la Chine, car de nombreuses voix déforment les informations sur le commerce sino-américain.

M. Pillsbury estime que les questions commerciales ne sont que des questions commerciales, elles devraient être spécifiques et que la relation entre les deux puissances ne devrait pas être affectée.