Dans les années 1980, le planning familial a été déterminé comme politique fondamentale de la Chine, préconisant le mariage tardif, la procréation tardive, ainsi qu’un nombre limité et une qualité assurée des naissances. La mise en œuvre de cette politique a permis à la Chine d’avoir 400 millions de naissances de moins, ce qui a allégé la pression démographique sur les ressources et l’environnement et a favorisé efficacement le développement économique ainsi que le progrès social.

En 2013, la 3e session plénière du Comité central du 18e Congrès du Parti communiste chinois (PCC) a décidé de mettre en œuvre une politique autorisant les couples dont un parent au moins est enfant unique à avoir un second enfant. En 2015, la 5e session plénière du Comité central du 18e Congrès du PCC a décidé de mettre pleinement en œuvre la politique autorisant tous les couples à avoir deux enfants et de faire face activement au vieillissement de la population.

Les données sur les nouveau-nés en Chine publiées par le Bureau national des statistiques au début de 2018 montrent que 17,23 millions de Chinois sont nés en 2017, soit une diminution de 630 000 personnes par rapport à 2016, et que le taux de natalité a atteint 12,43 ‰ en 2017, soit une diminution de 0,52 ‰ par rapport à l’année précédente.

Afin de promouvoir les naissances, de nombreuses provinces chinoises ont récemment indiqué dans leurs plans démographiques qu’elles formuleraient des politiques visant à encourager la procréation, et des voix s’élèvent de plus en plus en faveur de la levée de tout contrôle des naissances. Cependant, les internautes ne semblent guère apprécier cela. Dans les villes plus particulièrement, le coût d’un enfant est de plus en plus élevé : de l’accouchement à l’entrée à l’école, les dépenses augmentent sans cesse, qu’il s’agisse d’argent ou de temps. Pour les écoliers, les cours d’initiation à un intérêt artistique ou scientifique donnés pendant les vacances d’été coûtent à eux seuls plusieurs dizaines de milliers de yuans. Par conséquent, beaucoup de jeunes couples vivant dans les villes ne sont pas disposés à avoir d’enfants.

Toutefois, les conséquences du faible taux de natalité sur l’économie et la société ont commencé à se faire sentir. Le dividende démographique a été pratiquement épuisé en Chine, le vieillissement s’est intensifié, le coût de la main-d’œuvre a augmenté et les pressions sociales se sont accentuées... Pour résoudre ces problèmes, nous devons, au lieu de compter uniquement sur la volonté des familles, mettre en place un mécanisme plus perfectionné. La naissance des enfants n’est pas seulement une affaire familiale, mais aussi une affaire nationale.

Pour assurer une mise en pratique efficace de la politique relative à la procréation, certaines provinces ont affirmé leur intention de formuler des politiques visant à encourager la naissance des enfants, ce qui ne peut faire l’objet d’aucune critique; mais il faut noter que l’important est de bien mettre en œuvre cette politique, et non de « dessiner des galettes pour tromper la faim ». Il importe que les couples en âge d’avoir des enfants bénéficient réellement des dividendes politiques et aient une plus grande volonté d’avoir un enfant.

A cette fin, nous devrions améliorer la sécurité sociale de sorte que les couples qui n’osent pas avoir d’enfants en aient le courage. Beaucoup de jeunes couples ne souhaitent pas avoir d’enfants parce qu’ils n’ont pas assez de moyens pour payer tous les frais que cela implique, l’énergie et les coûts qu’ils doivent investir étant bien au-delà de leur portée, et cela se traduit principalement dans les domaines de l’éducation et de la santé. Si le gouvernement pouvait instaurer une sécurité sociale publique de qualité et d’accès facile dans ces domaines, cela aurait un impact positif pour dissiper les soucis des jeunes couples en matière de naissances.

Donner naissance à un enfant a une signification particulière pour les Chinois. Ne pas en vouloir est juste un mode de vie choisi par beaucoup de personnes face aux pressions énormes de la réalité. La Chine s’est grandement développée grâce à son énorme dividende démographique et, face à un faible taux de natalité, le gouvernement doit prendre des mesures mieux ciblées pour y remédier et répondre aux aspirations du peuple pour une vie meilleure.