Le 26 mai 2018, les lotus sont en pleine floraison dans le village de Zhangdun du district de Shunchang, province du Fujian. (PHOTO : LIN ZHENGRONG)

MA LI, membre de la rédaction

La ville de Nanping est un des berceaux de la pensée de la lutte contre la pauvreté de Xi Jinping. Pendant les années 1990, lorsque Xi Jinping travaillait dans la province du Fujian, il s’est rendu plusieurs fois à la campagne pour faire des recherches sur la lutte contre la pauvreté. En 2013, Nanping possédait cinq districts pauvres au niveau provincial et 346 villages pauvres. 129 400 personnes étaient alors considérées comme pauvres. En 2017, toutes ces personnes ainsi que 96 villages sont sortis de la pauvreté. Le district de Shunchang est un bon exemple de cette lutte.

Atteindre le bonheur

Depuis mai, c’est l’été à Zhangdun, un village du bourg de Pushang dans le district de Shunchang à Nanping. Wu Xiufeng, âgée de 49 ans, travaille dans ses vignes avec sa mère Huang Changji. Elle explique: « Les vignes poussent bien, et j’ai prévu de récolter 3 t par mu (1 mu = 0,067 ha) ».

En 1988, Wu Xiufeng s’est mariée et a déménagé dans le village de Zhangdun. « À cette époque-là, toutes les familles étaient pauvres, et tout le monde vivait à la merci des conditions climatiques. » Wu et sa mère n’auraient jamais imaginé mener un jour une vie aussi heureuse. « Avec mes 4 mu de vigne, je peux gagner plus de 100000 yuans par an. Mon mari travaille aussi. Le revenu de ma famille dépasse les 200000 yuans par an. » C’est en fait un revenu moyen dans le village de Zhangdun.

« Auparavant, avec les salaires que nous gagnions en travaillant à l’extérieur du village, nous n’arrivions pas à épargner d’argent. » En 1996, Wu Xiufeng et son mari ont commencé à planter des vignes. « Nous avons suivi l’exemple des autres villageois, mais comme le prix du raisin était très bas à cette époque-là, nous avons fait peu de bénéfices. » Il y a dix ans, la famille de Wu faisait partie des familles pauvres.

En 2009, des habitants membres du Parti du bourg de Pushang ont mis en place une mesure de lutte contre la pauvreté et développé l’agriculture spécialisée. Ils ont créé 4 groupes: la culture des vignes, l’élaboration du vin, la culture du riz et le tourisme rural. Chaque mois, ils échangeaient leurs expériences et accueillaient de nouvelles familles volontaires pour participer à ce programme. « Ma famille a été affectée au groupe de la culture des vignes. Des experts nous rendaient souvent visite pour nous enseigner des techniques viticoles. En plus, nous avons reçu une formation en vinification dans le centre du bourg. Grâce à ces techniques, les revenus de ma famille ont rapidement augmenté. »

Wu Xiufeng a comptabilisé les revenus annuels de sa famille: la production de vin représente 3,5 t, le prix d’achat minimum étant de 10 yuans par 0,5 kg. Donc, chaque année, le vin rapporte à Wu et sa famille 70 000 yuans. Pour le raisin, leur 4 mu de vignes leur rapporte environ 72 000 yuans par an. Ce qui fait un revenu annuel total de 140 000 yuans.

« Maintenant, notre vie ressemble à une jolie peinture. Nous avons une maison de trois étages au village ainsi que deux appartements dans le district. La viticulture a changé notre vie ces dernières années. Maintenant, nous avons non seulement la richesse, mais aussi le bonheur. »

Aujourd’hui, à Zhangdun, grâce à la viticulture, 86 familles comme celle de Wu sont sorties de la pauvreté. Les bourgs voisins comme Jianyang et Jian’ou ont d’ailleurs suivi cette voie et commencé à planter des vignes. À Zhangdun, le rendement en vin s’élève à plus de 30 t par an, ce qui représente un revenu de plus de 1,5 million de yuans pour les habitants.

Deux vigneronnes du village de Zhangdun, Wu Xiufeng et Huang Changji (PHOTO : YU JIE)

L’économie du bambou

Le développement de l’industrie est une mesure principale dans la lutte contre la pauvreté. Zhang Jingzheng, secrétaire du comité du Parti du bourg de Dagan dans le district de Shunchang, a expliqué: « Il y a des années, lorsque Xi Jinping travaillait au Fujian et effectuait une visite au village de Laibu, zone pilote dans la culture du bambou, il nous a conseillé de transformer nos avantages écologiques et nos atouts en termes de ressources en avantages économiques et industriels. »

Le 9 avril 2002, Xi Jinping, alors gouverneur de la province du Fujian, s’est rendu à Laibu pour faire des recherches sur la culture de bambou et encourager les habitants du village à développer l’industrie de bambou pour sortir de la pauvreté.

Lian Hengrong, secrétaire de la cellule du Parti du village de Laibu, qui accompagna Xi Jinping lors de sa visite, se souvient: « À ce moment-là, je ne connaissais pas Xi Jinping et on m’a informé qu’un fonctionnaire de la province allait venir faire une visite. Des années plus tard je l’ai vu à la télévision, il était devenu vice-président du pays. »

En 1999, Lian Hengrong a effectué un voyage à Lin’an, dans la province du Zhejiang, avec plusieurs amis. Il a rapporté deux camions de pousses de bambou. C’est une sorte de bambou qui favorise la conservation des eaux et des sols, la purification de l’air et permet d’améliorer la qualité de l’environnement. En outre, les pousses sont de bonne qualité.

Au début, des habitants du village de Laibu pensaient gagner de l’argent en vendant le bambou, et en effet ils se sont rendus compte que les pousses étaient très populaires. Aujourd’hui, la culture de pousses de bambou est devenue une des principales industries du village, et les revenus des habitants dépendent de la vente de pousses de bambou. Il y a un proverbe dans le village: « le revenu généré par la culture des pousses de bambou équivaut à 10 fois celui du riz, 3 ou 4 mu de pousses de bambou suffisent à faire vivre une famille dans l’aisance; 5 ou 6 mu permettent à cette famille de vivre dans le bonheur, et 8 ou 9 mu font de cette famille une famille très riche. »

L’industrie du bambou dynamise aussi le développement du tourisme local. « Nous avons demandé la mise en place d’un programme de protection des berges et la création d’un site touristique hydraulique. Grâce à une subvention de 5,3 millions de yuans, nous avons construit des berges écologiques sur 1,2 km le long de la rivière Futun. Sur ces berges, nous avons planté du bambou, non seulement pour protéger le sol, mais aussi pour embellir le paysage. Nous avons demandé un soutien financier de 1,5 million de yuans pour construire une route et des infrastructures pour le site touristique.

En 2017, le site a accueilli environ 30 000 touristes qui ont rapporté 2,1 millions de yuans au village. En 2018, ce chiffre devrait augmenter. Lian Yiming, président du comité des villageois de Laibu garde une attitude positive pour l’avenir de son village.

Depuis 16 ans, la culture du bambou permet au village de développer une nouvelle industrie et de sortir de la pauvreté. C’est une ressource écologique qui permet de développer l’économie collective et le tourisme rural et contribue largement à la réduction de la pauvreté.