La Chine prévoit de réduire davantage le seuil d'accès à son marché de construction automobile et invite les entreprises allemandes à investir davantage dans les secteurs de hautes technologies tels que celui des voitures autonomes, a déclaré mardi le Premier ministre chinois Li Keqiang lors d'une exposition sur la conduite autonome à Berlin, dernière étape de sa tournée européenne avant de rentrer en Chine.

Les deux pays pourront ainsi promouvoir leur coopération dans la construction automobile, passant de la fabrication traditionnelle à la fabrication intelligente, et profiter de nombreux avantages dans le futur, a indiqué le Premier ministre.

M. Li est arrivé mercredi matin à Beijing, concluant son voyage de six jours en Europe qui l'a conduit en Bulgarie et en Allemagne.

L'exposition faisait suite à la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Beijing en mai, lors de laquelle elle avait déclaré que l'Allemagne souhaitait travailler avec la Chine dans les technologies liées aux nouvelles énergies et aux véhicules autonomes.

Trois véhicules autonomes, développés par six entreprises et instituts de recherche des deux pays, ont été présentés lors de l'exposition. M. Li s'est renseigné sur la coopération des entreprises, sur leurs parts de propriété et sur des détails techniques tels que le système de capteurs et la collecte et l'analyse du trafic via le big date (mégadonnées).

Après avoir entendu que les constructeurs automobiles allemands avaient entamé une coopération globale avec des universités chinoises dans les technologies de conduite autonome ainsi que dans la recherche et l'innovation sur le big data pour améliorer le trafic urbain, M. Li a encouragé les deux parties à être encore plus ouvertes aux échanges dans le futur, déclarant que les entreprises allemandes devraient prendre en compte la situation nationale de la Chine, compte tenu de l'énorme population du pays et des disparités entre les régions.

M. Li et Mme Merkel sont entrés dans une voiture autonome pour essayer cette nouvelle technologie, et le Premier ministre chinois a ensuite invité Mme Merkel à essayer une voiture de ce genre en Chine la prochaine fois.

M. Li a noté que des entreprises allemandes ont démarré des coentreprises avec des sociétés chinoises il y a 40 ans et ont depuis réalisé des profits considérables sur le marché chinois. Les véhicules autonomes représentent un point clé pour les technologies automobile et ont un grand potentiel, a-t-il ajouté.

La Chine et l'Allemagne ont signé des accords dans le domaine de la conduite autonome et intégreront la recherche et le développement technologique à la promotion du marché afin de parvenir à des résultats gagnant-gagnant, a annoncé M. Li. La Chine apprécie grandement les technologies allemandes de conduite autonome, a-t-il indiqué, affirmant que la Chine renforcerait les protections des droits de propriété intellectuelle.

Concernant les nouvelles technologies de conduite autonome, la Chine travaillera avec l'Allemagne à la recherche de normes, de lois et de réglementations dans ce secteur, a fait savoir M. Li. Les deux pays devraient faire de leur coopération dans les véhicules autonomes un nouveau moteur pour les relations bilatérales, a-t-il ajouté.