La Chine a salué la décision prise par Kim Jong-un, haut dirigeant de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), et le président américain Donald Trump lors du sommet historique de Singapour de commencer à résoudre les problèmes dans la péninsule coréenne.

« C'est un progrès important pour faire avancer la dénucléarisation de la péninsule coréenne et son règlement politique », a déclaré mardi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué après la conclusion du sommet.

La Chine a évoqué positivement les efforts concernés que les parties ont déployés pour faire de la réunion un succès, disant que c’est aussi « l'appel commun de la communauté internationale », indique le communiqué.

MM. Trump et Kim ont conclu le sommet en citant des progrès significatifs vers la paix et la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Un document signé après le sommet par les deux dirigeants a affirmé l'engagement de M. Kim à achever la dénucléarisation de la péninsule et l'engagement de Trump à fournir des garanties de sécurité à la RPDC. Selon M. Trump, cela impliquerait de geler les exercices militaires américains avec la République de Corée pendant que les négociations se poursuivent.

“Nous sommes prêts à entamer une nouvelle histoire et nous sommes prêts à écrire un nouveau chapitre entre nos nations », a déclaré M. Trump lors d'une conférence de presse après le sommet. Il a remarqué que les gens pouvaient tous espérer la fin de la guerre de Corée, qui avait cessé avec un armistice en 1953.

Trump a salué le rôle joué par la Chine et le président Xi Jinping.

« L'histoire a prouvé à maintes reprises que les adversaires peuvent en effet devenir amis », a déclaré M. Trump.

M. Kim, s'exprimant en coréen, a déclaré après la cérémonie de signature: « Nous avons eu une réunion historique et avons décidé de laisser le passé derrière nous ». Il a ajouté: « Le monde verra un changement majeur. »

M. Kim a quitté Singapour dans l'après-midi après avoir signé le document. Avant sa séance privée avec M. Trump dans la matinée, il avait remarqué : « Le chemin menant ici n'a pas été facile. » Et d’ajouter: « Les anciens préjugés et pratiques ont fonctionné comme des obstacles sur notre chemin, mais nous les avons tous surmontés et nous sommes ici aujourd'hui. »

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que la Chine s'engageait à réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne, à maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule et à résoudre pacifiquement la question de la péninsule par des discussions politiques entre toutes les parties concernées. « Nous espérons et soutenons les deux pays pour la mise en œuvre du consensus de leurs dirigeants, pour promouvoir les négociations de suivi et consolider et étendre la réalisation, et pour faire du règlement politique de la question nucléaire de la péninsule coréenne un processus durable et irréversible », a-t-il fait savoir. En tant que proche voisin et partie importante impliquée, la Chine est prête à travailler avec les parties concernées et à continuer à se consacrer à la dénucléarisation de la péninsule et à l'établissement du mécanisme de paix dans la péninsule, a-t-il ajouté.

Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré mardi qu'il était important et positif que les hauts dirigeants des deux pays s'assoient et mènent des pourparlers d’égal à égal, ce qui ouvre une nouvelle histoire. La Chine salue et soutient la réunion et espère que les deux dirigeants éviteront les perturbations, établiront la confiance mutuelle et surmonteront les difficultés, a-t-il déclaré.

Le sommet de mardi a débuté par une séance en tête-à-tête entre les deux dirigeants, accompagnés seulement de leurs traducteurs, et a été suivie d'une séance élargie avec la participation de conseillers, suivie d'un déjeuner de travail.

Alors que le document de mardi ne mentionne aucun détail sur la dénucléarisation, M. Trump a déclaré que les deux parties ont convenu d’avoir des négociations soutenues pour la mise en œuvre de l'accord le plus rapidement possible. Il a dit que les sanctions resteraient en place jusqu'à ce que les armes nucléaires ne soient plus un facteur. Les États-Unis avaient auparavant insisté pour l’élaboration d’un processus rapide de dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule coréenne, mais ils ont récemment réduit les attentes. M. Trump a indiqué mardi que cela prendra du temps, même d'un point de vue scientifique.

Le président des États-Unis a déclaré que le moment opportun, il se rendra à Pyongyang et invitera M. Kim à la Maison-Blanche.

L'ambiance cordiale de mardi et les sourires des deux dirigeants sont en fort contraste avec la guerre des mots qu'ils ont engagée et les menaces de guerre qu'ils ont faites, alarmant le monde il y a quelques mois.

Scott Snyder, responsable des études coréennes et directeur du programme sur la politique américano-coréenne au Conseil des relations étrangères, a déclaré : « Le fait que cela se produise reflète les intérêts des deux parties à gagner du temps, en limitant le risque de conflit militaire et en étendant la question au-delà du symptôme insoluble de la dénucléarisation à la méfiance réciproque sous-jacente causée par sept décennies de relations conflictuelles. »

Charles Kupchan, professeur à l'Université de Georgetown et ancien fonctionnaire de l'administration Obama, a déclaré qu'il espérait tout en restant prudent que le sommet ouvrira la voie à une percée. « Des initiatives audacieuses de ce genre sont souvent nécessaires pour pousser les rivalités de longue date vers le rapprochement », a déclaré l’auteur du livre How Enemies Become Friends. Il a noté que sa principale préoccupation est qu'aucune des deux parties n'a entrepris les préparatifs nécessaires pour cette réunion, et que la nature instable et imprévisible des deux dirigeants pourrait rendre une percée significative difficile à soutenir. « Tout ce que je peux prévoir, c’est que les dirigeants déclareront qu'ils sont parvenus à un accord élargi pour aller de l'avant vers un traité de paix, une normalisation et une dénucléarisation, puis ils chargeront leurs équipes de transformer leur accord en réalité. Le plus gros du travail va alors commencer, et les chances d'échec augmenteront considérablement », a remarqué M. Kupchan.

Ian Bremmer, président et fondateur d'Eurasia Group, a déclaré que M. Trump avait accompli plus à l’égard de la RPDC que n'importe quel autre président américain, citant le resserrement des sanctions chinoises, le suspense généré par les essais de missiles et les essais nucléaires de la RPDC, la libération des prisonniers américains et le fait que M. Kim tende la main diplomatiquement à la Chine, à la République de Corée, à la Russie et aux États-Unis. « Peu importe comment se déroulera [le] sommet, c'est un progrès », a-t-il tweeté mardi.