Le Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Qingdao, qui s’est conclu avec les « résultats les plus fructueux » dans l’histoire de l’organisation, sera un « nouveau jalon » dans le développement de l’organisation, a déclaré le conseiller des Affaires d’Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine, Wang Yi.

Les dirigeants des pays membres de l’OCS ont signé ou participé à la signature de 23 documents de coopération couvrant la politique, la sécurité, l’économie et la culture, a déclaré dimanche le ministre aux journalistes à Qingdao.

Selon lui, ce sommet est d’une importance historique, car il a permis de mettre à nouveau en lumière « l’esprit de Shanghai », qui transcende les concepts erronés, comme le « choc des civilisations », la guerre froide et la « mentalité de la somme nulle ».

Le sommet a par ailleurs approuvé l’initiative proposé par la Chine de bâtir une communauté de destin pour l’humanité, qui aide à promouvoir le développement commun et la prospérité de la région, mais aussi du reste du monde.

Le sommet a mis en avant la proposition de l’OCS sur une gouvernance mondiale basée sur des consultations intensives, des contributions conjointes et des bénéfices partagés, a ajouté M. Wang.

Le ministre a également mis l’accent sur les « Cinq perspectives », à savoir le développement, la sécurité, la coopération, la civilisation et la gouvernance mondiale, proposées par le président chinois Xi Jinping lors du sommet.

Les propositions de Xi Jinping sont conformes aux « besoins de développement de l’OCS, les intérêts communs des pays à travers le monde, ainsi que la tendance de notre époque au développement et au progrès mondiaux », a-t-il expliqué.

« Le sommet a démontré avec succès l’unité parmi les pays membres, ainsi que la volonté et l’engagement des dirigeants dans le multilatéralisme et la coopération », explique pour sa part Luigi Gambardella, le président de ChinaEU, une association commerciale internationale basée à Bruxelles.

Dans un discours prononcé au cours de la session plénière, Xi Jinping a appelé à réaliser des efforts conjoints pour bâtir une économie mondiale ouverte et rejeter « les politiques autocentrées, sans vision à long terme et isolationnistes ».

Jon R. Taylor, un professeur en sciences politiques à l’Université de St Thomas à Houston au Texas, a déclaré: « Xi Jinping a projeté des qualités d’homme d’Etat de calme et de créativité lors du sommet, se montrant capable de projeter un consensus gagnant-gagnant. Trump en comparaison semblait hors-jeu. »

Selon lui, Donald Trump est « resté coincé dans les politiques économiques ratées des années 1920 et semble content de rejeter le consensus commercial de longue date de l’Occident ».

« J’ai aimé le fait que [Xi Jinping] ait associé l’héritage confucéen de la Chine à l’esprit consistant à promouvoir un nouveau type de relations internationales, le bien commun et l’harmonie. Cette harmonie se retrouve dans l’esprit de Shanghai, qui encourage le respect mutuel, la coopération globale et le développement commun », explique M. Taylor.

Pour Maria Guleva, une professeure adjointe à la Faculté des études orientales de l’Université de Saint Pétersbourg, les théories proposées par Xi Jinping en matière d’innovation, de coordination, d’environnement, d’ouverture et de développement partagé montrent que la Chine prend en charge ses obligations internationales en tant que puissance mondiale.

B.R. Deepak, un professeur du Centre pour les études chinoises et d’Asie du Sud-Est de l’Université Jawaharlal Nehru à New Dehli, estime quant à lui que l’édification institutionnelle fait de l’OCS l’une des institutions multilatérales les plus accomplies dans le monde, un nouveau modèle pour la coopération régionale économique et sécuritaire, ainsi qu’une innovation dans la théorie et la pratique politiques internationales.

Enfin, Christopher Bovis, un professeur en droit commercial international à l’Université de Hull en Angleterre, estime que Xi Jinping a proposé une solution crédible face à la menace de guerre commerciale et du protectionnisme.