La Chine est prête à augmenter ses investissements dans les pays membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai, en offrant des milliards de dollars de prêts spéciaux qui stimuleront le développement industriel et infrastructurel dans ces pays, tout en augmentant la coopération économique et commerciale au sein du bloc traditionnellement axé sur la sécurité traditionnelle.

Lors d'un discours au Sommet de l'OCS à Qingdao, dans la province orientale du Shandong, le président chinois Xi Jinping a promis de mettre en place un mécanisme de prêt spécial de 30 milliards de yuans (4,69 milliards de dollars) dans le cadre du consortium interbancaire de l’OCS, selon l’agence de presse Xinhua.

M. Xi a indiqué que le prêt spécial avait été annoncé dans le cadre de sa proposition visant à ce que l'OCS établisse un « puissant moteur pour parvenir au développement commun et à la prospérité commune », a rapporté Xinhua.

Cette décision s'inscrit dans la volonté de la Chine de renforcer la coopération économique et commerciale régionale dans le cadre de l'initiative des Nouvelles routes de la Soie et elle fournira des fonds indispensables aux projets d'infrastructures et industriels dans les pays membres de l'OCS, ont noté les experts.

Combler des lacunes

« Il y a une demande considérable d'investissements dans les infrastructures et le développement industriel au sein de l'OCS, surtout après l'adhésion de l'Inde et du Pakistan », a déclaré Liu Ying, chercheuse à l'Institut Chongyang d'études financières de l'Université Renmin de Chine.

Si les pays de l'OCS ont depuis longtemps proposé de relier leurs réseaux de transport pour faciliter le commerce, la mise en œuvre a stagné en raison d'un manque de financements, selon Mme Liu. « Construire des connexions de transport nécessite d'énormes investissements et ces pays pourraient ne pas être en mesure de les financer. La Chine est mieux placée pour les fournir », a-t-elle déclaré lundi au Global Times.

Mis à part les projets d'infrastructures, le prêt spécial pourrait être utilisé pour le développement industriel dans les Etats membres de l'OCS, selon Mme Liu. Plus précisément, les projets et les parcs industriels pourraient bénéficier de financements, a-t-elle noté.

La Chine a déjà investi massivement dans les projets d'infrastructures et de développement industriel dans certains Etats membres de l'OCS à travers l'initiative des Nouvelles routes de la Soie. La Banque de développement de Chine, une banque politique, a fait savoir qu’elle avait déjà investi plus de 100 milliards de dollars dans les Etats membres de l'OCS, selon un rapport publié jeudi par Xinhua.

Un objectif commercial

En mettant en place le prêt spécial dans le cadre du consortium interbancaire de l’OCS, la Chine tente de promouvoir une expansion du libre-échange entre les Etats membres de l'OCS, a indiqué Chen Fengying, expert des Instituts de relations internationales contemporaines de Chine.

« L'objectif principal est la facilitation des échanges, car cela est très important pour la région », a déclaré lundi M. Chen au Global Times, soulignant que si le bloc s'est concentré principalement sur la coopération en matière de sécurité, le commerce est devenu une question majeure, dans un monde où augmentent les différends commerciaux et le protectionnisme.

« La facilitation du commerce n'est que l'objectif initial, l'objectif ultime étant de parvenir à un pacte de libre-échange », a déclaré M. Chen. « C'est la voie qui convient pour que l'OCS devienne une voix proéminente dans les questions mondiales concernant à la fois la sécurité et le commerce. »

Mme Liu a également noté que le prêt spécial arrive à un moment où les grandes économies, comme les Etats-Unis et celles de l'Union européenne, continuent de resserrer leur politique monétaire, attirant des vagues de capitaux et privant les autres pays, y compris ceux de l'OCS, d'investissements.

« Il y a un élément de prévention des risques dans [la mise en place du prêt spécial] ... parce qu’avec le recul de la masse monétaire mondiale, [le prêt] pourrait résoudre les problèmes de liquidité de ces pays », a-t-elle déclaré.