Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a souligné l'importance que la Chine attache à son amitié traditionnelle avec l'Iran.

Lors d’une rencontre tenue hier à Beijing avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, M. Wang a indiqué que la Chine accorde également une grande importance au partenariat stratégique global entre les deux pays et considère l'Iran comme un partenaire clé dans la construction de « La Ceinture et la Route ».

La Chine est prête à travailler avec l'Iran pour mettre en œuvre le consensus atteint par les dirigeants des deux pays afin de promouvoir la coopération. M. Wang a ajouté que la Chine sauvegarderait le multilatéralisme et les accords internationaux.

L'accord nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint, a été durement gagné et l'accord a aidé à sauvegarder le système international de non-prolifération ainsi qu’à maintenir la paix et la stabilité au Moyen-Orient, a indiqué M. Wang.

« La Chine adoptera une attitude objective, juste et responsable, maintiendra la communication et la coopération avec toutes les parties concernées, et continuera de travailler pour maintenir l'accord », a annoncé le Premier ministre chinois.

M. Zarif a déclaré que l'Iran attache une grande importance aux relations amicales traditionnelles avec la Chine et souhaite coopérer dans les projets d’infrastructures et de connectivité dans le cadre de l'initiative de « La Ceinture et la Route ».

Il a salué la position de la Chine sur le maintien du Plan d'action global commun et a souligné que l'Iran était disposé à maintenir le dialogue et à coopérer avec les parties qui soutiennent toujours l'accord.

Le président iranien Hassan Rohani, quant à lui, a indiqué hier que si ses intérêts étaient protégés, Téhéran continuerait à respecter l’accord nucléaire de 2015.

Le retrait des Etats-Unis de l'accord est une « violation de la morale », a déclaré M. Rohani sur la télévision d'Etat. « Si les cinq pays restants continuent de respecter l'accord, l'Iran restera dans l'accord malgré la volonté des Etats-Unis », a-t-il fait savoir en marge d’un entretien avec le président du Sri Lanka.

Le retrait du président états-unien Donald Trump a également contrarié les alliés européens de Washington, a semé l'incertitude sur l'approvisionnement pétrolier mondial et a fait augmenter le risque de conflit au Moyen-Orient.