Le président états-unien Donald Trump a déclaré dimanche que Washington et Beijing travaillaient pour que le fabricant chinois d'équipements de télécommunication ZTE, actuellement visé aux Etats-Unis par une interdiction d'exporter, puisse reprendre son activité.

Les deux parties « travaillent ensemble pour offrir à l’énorme compagnie de téléphone chinoise ZTE un moyen de se reprendre ses activités, et rapidement », a déclaré M. Trump sur Twitter.

Le président a ajouté qu'il avait demandé au Département du Commerce des Etats-Unis « de faire en sorte d’y arriver ».

ZTE, l'un des plus grands fabricants d'équipements de télécommunication au monde, a été contraint de suspendre ses principales opérations dans le monde après que le département du Commerce a interdit aux sociétés états-uniennes d'y exporter des produits à la mi-avril.

A la suite de cette interdiction d’exportation, le fabricant chinois a indiqué qu'il établissait des communications actives avec les parties concernées afin de trouver une solution à ce problème, et a souligné qu'il attachait une très grande importance au respect du contrôle des exportations.

Le public et le gouvernement chinois sont très préoccupés par le sort de ZTE, qui emploie près de 70 000 personnes à travers le monde. L'incident a également déclenché en Chine de longues discussions sur la nécessité et l'urgence de développer une industrie fiable de puces domestiques.

Au cours des dernières consultations économiques et commerciales Chine-Etats-Unis, tenues à Beijing début mai, la partie chinoise a entrepris des « démarches solennelles » auprès des Etats-Unis concernant l'affaire ZTE.

Les délégués états-uniens ont répondu qu'ils « attachent de l'importance » à la position de la Chine et qu'ils en feront part au président Trump, selon un porte-parole du ministère chinois du Commerce.

L'interdiction touchant ZTE devrait également entraîner des pertes considérables pour ses principaux fournisseurs états-uniens, tant en termes de revenus que d'emplois.

Selon une déclaration d'un fabricant d’équipements optiques basé en Californie, NeoPhotonics, le chiffre d'affaires annuel estimé de la société avec ZTE et ses partenaires de la chaîne d'approvisionnement aurait pu augmenter de 5% sans cette interdiction d’exportation. Les affaires avec ZTE et ses partenaires de la chaîne d'approvisionnement représentaient environ 3% du chiffre d'affaires total de NeoPhotonics en 2017.