img0

Le premier porte-avions de conception entièrement chinoise est parti pour ses premiers essais en mer dimanche matin. (Photo Li Gang)

Le premier porte-avions chinois de conception purement locale a pris le départ pour ses premiers essais en mer dimanche matin, ce qui signifie qu'il ne devrait pas tarder à être officiellement mis en service au sein de la marine de l'Armée populaire de libération (APL).

Le colossal navire de 50 000 tonnes a quitté un chantier naval de la Dalian Shipbuilding Industry, dans la province du Liaoning, vers 7 heures du matin dans un épais brouillard et avec l'aide de plusieurs remorqueurs, avant de naviguer en mer en utilisant ses propres moyens de propulsion.

La marine a déclaré dans un communiqué que ce test visait à démontrer la fiabilité et la capacité des systèmes de propulsion du navire, ajoutant que sa construction se déroulait sans heurts.

Le nom et le numéro de coque du nouveau bâtiment restent pour l'heure inconnus, car la marine de l'APL publie généralement cette information lorsqu'un navire est mis en service.

Le porte-avions, le plus grand et le plus sophistiqué des navires de guerre jamais construits par la Chine, a été conçu et bâti par elle-même.

Les travaux de construction ont commencé en novembre 2013 et les travaux en cale sèche ont débuté en mars 2015. Le porte-avions a été lancé -plus exactement mis à l'eau- en avril 2017. Il a actuellement achevé son processus d'armement, dans le cadre duquel les ingénieurs ont installé et procédé au réglage précis de tout l'équipement intérieur du navire et de son système d'armes.

Actuellement, la marine chinoise ne compte qu'un seul porte-avions, le CNS Liaoning, qui était à l'origine un navire datant de l'ère soviétique qui a été largement réaménagé chez Dalian Shipbuilding Industry. Le Liaoning a effectué 10 essais en mer à partir d'août 2011 avant d'entrer en service en septembre 2012.

Le nouveau navire a un déplacement d'environ 50 000 tonnes et un système de propulsion conventionnel. Comme le Liaoning, il utilisera une rampe pour lancer des avions de combat J-15, le fer de lance du groupe de combat de porte-avions chinois. Le bâtiment transportera également plusieurs types d'hélicoptères.

Selon des responsables de China Shipbuilding Industry Corp, la société mère de Dalian Shipbuilding Industry, le nouveau porte-avions compte plus de 12 000 pièces d'équipement fabriquées par 532 entreprises chinoises, dont de nombreuses sociétés privées. Ils ont ajouté que le navire abrite plus de 3 600 cabines, notant par ailleurs que, pendant le processus de construction, il y a eu au moins 3 000 ouvriers de toute la Chine travaillant quotidiennement sur le bateau.

Selon des sources de la marine, plusieurs aspects du nouveau porte-avions sont différents de ceux du Liaoning. Par exemple, l'îlôt du nouveau navire est plus court, il a trois câbles d'arrêt d'avions au lieu de quatre sur le Liaoning, et la section dédiée à l'appontage est plus longue.

Les experts ont indiqué que les missions du nouveau navire seront différentes de celles du Liaoning, qui est principalement chargé de tester les équipements et les armes ainsi que de former du personnel. En comparaison, le nouveau bâtiment se concentrera sur ce qu'un véritable porte-avions est censé faire : diriger des patrouilles prêtes au combat et sauvegarder la souveraineté et les intérêts maritimes de la nation.

Outre la Chine, sept pays -les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, la Thaïlande et l'Inde- utilisent un total de 18 porte-avions. Les États-Unis sont le plus gros utilisateur de ce genre de navires avec pas moins de 11 porte-avions à propulsion nucléaire, chacun d'entre eux ayant un déplacement à pleine charge d'environ 100 000 tonnes.