Avec la quatrième révolution industrielle,qui entraîne des ajustements et des changements dans l'industrie manufacturière mondiale, certaines économies développées, dont les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France et le Japon, ont déjà élaboré des stratégies visant à stimuler leurs secteurs manufacturiers.

De son côté, le gouvernement chinois a conçu le plan « Made in China 2025 »exactement pour atteindre cet objectif. Basé sur des études approfondies de centaines d'experts chinois sur la tendance mondiale du développement manufacturier, les stratégies des économies industrialisées, les problèmes de fabrication en Chine et l'influence des technologies avancées, ce plan vise à faciliter la transformation et la modernisation du secteur manufacturier chinois.

A cet effet, la Chine a décidé de lancer une série de grands projets avant 2025 pour faciliter la création de centres d'innovation, consolider lesfondations industrielles, soutenir l'innovation dans le domaine des équipements haut de gamme et promouvoir une fabrication intelligente et respectueuse de l'environnement. Elle a également formulé des programmes pour promouvoir les talents et améliorer ses industries de l’information, des nouveaux matériels et de la pharmacie.

Cependant, la réalisation des objectifs énoncés dans le plan « Made in China 2025 » dépend également de la poursuite des réformes et de l'ouverture, qui stimulera l'innovation et insufflera une nouvelle vigueur aux entreprises nationales afin qu'elles puissent améliorer leur productivité. C’est pourquoi le marché doit jouer un rôle décisif dans la distribution des ressources afin de créer un environnement d'affaires et d'innovation de qualité.

Depuis son annonce il y a trois ans, le plan « Made in China 2025 » a renforcé le consensus entre les différentes parties sur l'importance de la fabrication pour l'économie nationale, la promotion du développement intelligent et vert et la construction rapide d'un système d'innovationpuissant. Une série d'indices mesurant les capacités du secteur manufacturier, tels que la contribution de la recherche et du développement par unité de production, le ratio chercheurs/ main-d'œuvre totale et la productivité du secteur, témoignent déjà d’un niveau d'amélioration satisfaisant.

Cependant, en raison d'un manque de connaissances complètes sur le plan « Made in China 2025 », certaines organisations étrangères sont parvenues à de mauvaises conclusions sur l'initiative de la Chine. Par exemple, le rapport d'enquête des États-Unis mené sur labase de la Section 301 de la Loi de 1974 sur le commerce mentionne à plusieurs reprises le plan « Made in China 2025 », et la plupart des remarques sont fondées sur des déductions contraires aux faits. Au mépris des règles de l'Organisation mondiale du commerce, le rapport recommande ainsi des droits de douane supplémentaires de 25% sur 1 300 importations chinoises, y compris dans des domaines comme l'information et les communications, ainsi que des produits mécaniques -et l'administration Trump propose quant à elle des droits de douane supplémentaires de 100 milliards de dollars.

Néanmoins, le plan « Made in China 2025 » continuera à jouer un rôle essentiel dans le renforcement de la compétitivité des entreprises manufacturières chinoises et, avec la capacité du secteur manufacturier à tirer parti des opportunités et des défis de la quatrième révolution industrielle, il aidera la Chine à devenir une puissance de fabrication moderne.