La Chine va accélérer l'ouverture de son marché des capitaux aux gestionnaires d'actifs étrangers et le marché devrait connaître une forte hausse des nouveaux produits de placement proposés par les fonds étrangers au premier trimestre 2018, a indiqué un haut cadre de l'Association chinoise de gestion d'actifs (AMAC).

La récente volatilité boursière et l'intensification de la réglementation visant à réduire les risques financiers ne ralentiront pas les efforts menés par la Chine pour réformer et ouvrir ses marchés financiers, et les gestionnaires de fonds étrangers ont exprimé leur optimisme quant aux perspectives à long terme du marché chinois.

« Ils viendront avec leurs stratégies d'investissement et leurs modèles commerciaux mûrs, ce qui apportera une concurrence saine et profitera au développement à long terme du marché des capitaux chinois », a déclaré le haut cadre.

La richesse croissante des investisseurs chinois et leur demande de produits d'investissement de plus en plus sophistiqués attirent de nombreuses sociétés d'investissement internationales vers ce marché évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Jusqu'à présent, dix gestionnaires d'actifs étrangers, dont Fidelity International, BlackRock, UBS, Man Group et Schroders sont qualifiés pour vendre des fonds onshore à des clients chinois, selon l'AMAC.

Malgré la chute de 9,6 % du marché des actions A dans la partie continentale de la Chine la semaine dernière, Lynda Zhou, gestionnaire de portefeuille chez Fidelity International, prévoit une plus grande ouverture du marché financier chinois cette année.

« Mon point de vue à long terme sur la Chine n'a pas changé […] La récente correction du marché est saine, car le cours des blue chips (les actions des plus grandes sociétés cotées en Chine) était très élevé. Quand sa valeur remontera, je pense que les investisseurs étrangers reviendront », a-t-elle expliqué.

La Chine a ouvert son secteur de la gestion d'actifs à des acteurs internationaux en 2016 en leur permettant de créer des entreprises à capitaux entièrement étrangers, afin de lever des fonds en Chine et d'investir sur le marché des valeurs mobilières de la partie continentale du pays. Auparavant, ces acteurs ne pouvaient accéder au marché qu'en détenant une participation minoritaire dans une coentreprise avec un partenaire local chinois.

Les gestionnaires de fonds étrangers ont manifesté un grand intérêt pour augmenter leurs fonds onshore et investir sur le marché obligataire interbancaire chinois, qui leur est actuellement inaccessible, car ils considèrent les produits à revenu fixe comme une classe d'actifs importante dans leurs portefeuilles, ainsi qu’un outil de couverture des risques nécessaire sur le marché des actions pour leurs clients.

Beaucoup d'entre eux ont également demandé l'approbation du gouvernement pour lever des fonds onshore dans le but d’investir sur les marchés étrangers avec un certain quota dans le cadre du programme pilote connu sous le nom de Qualified Domestic Limited Partnership.

« Le programme QDLP nous a permis de mieux comprendre les préférences des investisseurs chinois en termes de risque et l'environnement réglementaire existant en Chine. Nous continuerons d’utiliser notre avantage mondial pour apporter de la valeur à nos clients chinois », a déclaré la société BlackRock dans une réponse écrite au China Daily.

La Chine a suspendu le programme en 2015 lorsque le pays connaissait une pression croissante en raison de fortes sorties de capitaux. Cependant, l'intérêt étranger renouvelé pour ce programme laisse prévoir une réouverture du programme dans un avenir proche.

La récente correction du marché ne devrait pas nuire aux efforts de la Chine sur la réforme de son marché des capitaux ou le renforcement de l'attrait des actions A pour les investisseurs chinois et étrangers.

La Bourse de Shenzhen a annoncé vendredi dans son plan de développement 2018-2020 qu'elle allait réformer les exigences d'inscription actuelles de son segment réservé aux start-up et rendre la bourse plus inclusive des entreprises de haute technologie et des sociétés innovantes.