Après une longue attente, la Chine lancera des contrats à terme (contrat de futures) sur le pétrole brut le 26 mars, a annoncé vendredi l'agence de réglementation des titres boursiers du pays. Les analystes chinois espèrent que cela ouvrira la voie à la formation d'un marché à terme du pétrole brut à l'échelle mondiale.

Le lancement à la bourse internationale de l’énergie de Shanghai (Shanghai International Energy Exchange) par l’autorité de tutelle boursière, la China Securities Regulatory Commission, n'est pas la première tentative du pays.

Une bourse du pétrole créée au début des années 1990 a été rapidement fermée en raison de ce que les analystes appellent des « facteurs de réforme et de marché ».

Les nouveaux contrats à terme sur le pétrole brut seront négociés par lots d’un millier de barils et les transactions s’effectueront en yuans, a rapporté samedi l'Agence Xinhua.

Les contrats à terme sur le pétrole brut de Shanghai fourniront un outil aux traders du pays pour couvrir les risques, a indiqué Xinhua en citant des analystes.

La bourse de Shanghai pourrait ainsi espérer devenir l'indice de référence dans la région Asie-Pacifique et intégrer le cycle de transactions mondiales 24 heures sur 24 aux côtés des marchés à terme internationaux Brent et West Texas Intermediate Futures, ont indiqué des experts chinois.

Lin Boqiang, directeur du Centre chinois de recherche sur l'économie de l'énergie à l'Université de Xiamen, a observé que cela était un projet très attendu en Chine, qui est le plus gros importateur de pétrole brut au monde.

« Les Etats-Unis exercent leur influence par le biais de leurs annonces sur le niveau de stockage du brut, qui est déterminé par l'offre et de la demande. Ils ont ainsi un impact sur les prix de référence Brent », a expliqué M. Lin. « La Chine, n'ayant pas ce type de marché à terme, n'avait jusqu’ici pratiquement aucune influence sur le marché mondial du brut. »

Le 5 février, les données publiées par l'US Energy Information Administration montraient que la Chine avait dépassé les Etats-Unis au titre de plus gros importateur de pétrole brut en 2017. La Chine a importé 8,4 millions de barils par jour en 2017 contre 7,9 millions pour les Etats Unis.

L’Agence Xinhua a cité des experts disant que les règlements en devises étrangères pourraient être réalisés sur les marchés à terme du pétrole brut de Shanghai, mais que les transactions doivent être effectuées à l'aide d'un compte désigné.

Le contrôle de l'Etat chinois sur les flux de devises a été l’une des principales raisons du report répété des contrats à terme sur le pétrole brut à Shanghai, a indiqué M. Lin.

Il a estimé que le contexte actuel pourrait répondre au besoin des traders dont l'objectif est d'acheter et de vendre des contrats à terme sur le brut pour une utilisation réelle, mais que cela présentait des obstacles pour les spéculateurs.

La spéculation est une composante importante de tout marché à terme et contribue à l'intensité des activités de négociation indispensables au succès d’un marché.

La demande de pétrole brut de la Chine rend le pays en mesure de construire un marché à terme influent dans ce domaine, mais des améliorations continuelles, du temps et de la patience seront nécessaires, a jugé M. Lin.

Il a prédit que la dépendance de la Chine vis-à-vis du pétrole importé passerait de 67 % en 2017 à 80 % dans un proche avenir.