Janvier 2015 : un travailleur dans une entreprise sidérurgique de Lianyungang, dans la province du Jiangsu. [Crédit photo : China Daily]

L'agence de notation Moody's Investor Services a affirmé sa confiance dans la capacité de l'économie chinoise à faire face aux chocs financiers, malgré ses niveaux élevés de dette.

« La Chine, plus que d'autres économies émergentes, a la capacité de gérer son propre futur, au moins dans les limites de son système financier intérieur et de son économie nationale », a déclaré Alastair Wilson, le directeur du crédit mondial souverain de Moody's.

Celui-ci s'est exprimé lors du Forum annuel de Moody's sur les marchés émergents, qui s'est déroulé mardi à Londres. Selon lui, la force financière de la Chine, ses comptes de capitaux partiellement fermés et ses fortes réserves de devises étrangères sont bien placés pour absorber les chocs - si nécessaire - et les dissiper progressivement.

Ces mots viennent en réponse aux inquiétudes, notamment en Occident, sur les taux croissants de la dette chinoise. Le ratio de la dette publique est passé à 277 % du PIB chinois à la fin 2016, contre 254 % l'année précédente.

« Souvent, lorsqu'on voit des économies ayant un niveau de dette et de croissance du crédit similaires à la Chine, on commence à s'attendre à [ce que la bulle de crédit éclate]. Mais nous n'avons pas vu cela, du fait de la capacité de la Chine à contrôler l'issue des aléas dans l'économie réelle, le secteur financier et le secteur immobilier, au sein d'un système étroitement contrôlé », a déclaré M. Wilson.

La notation souveraine actuelle de Moody's pour la Chine est « Aa3 », ce qui correspond à la catégorie investissement (haute qualité).

La confiance de Moody's dans les perspectives de la Chine est partagée par les gestionnaires de placement à Londres.

« La Chine continue à défier les prédictions d'un atterrissage dur, explique Jan Dehn, le directeur de recherche d'Ashmore Investment Management. Nous pensons que les risques perçus de la Chine sont largement surestimés et que la croissance, la fuite des capitaux et la dette sont des questions largement indépendantes. »

Selon lui, le niveau élevé de la dette chinoise n'est pas préoccupant, lorsqu'on le considère en combinaison avec le taux d'épargne extrêmement élevé à 49 %.