Un ingénieur inspecte le supercalculateur Tianhe-1 au Centre national de supercalcul de Tianjin. [Crédit photo : Xinhua]

La Chine a renforcé la recherche et le développement pour son supercalculateur Tianhe-3, qui vise à être dix fois plus rapide que le plus rapide des supercalculateurs actuels, afin de répondre aux besoins croissants du pays en capacités de calcul toujours plus précises et efficaces.

Tianhe-3 a été conçu comme le premier prototype au monde de supercalculateur exascale, ce qui signifie qu'il peut réaliser un milliard de milliards d'opérations de calculs par seconde, c'est-à-dire un exaflop (floating-point operation per second). Il vise à offrir aux fabricants et au gouvernement chinois une vitesse, une précision et une portée plus grande pour la recherche.

Le supercalculateur sera utilisé dans des domaines comme l'analyse de la distribution du brouillard de pollution, la conception aéronautique, la prospection pétrolière et le développement de l'intelligence artificielle (IA).

Ces fonctions recoupent celles des supercalculateurs chinois existants, comme le Sunway TaihuLight, qui est actuellement le supercalculateur le plus rapide du monde avec 125 pétaflops (125 millions de milliards d'opérations par seconde), explique Meng Xiangfei, le directeur d'application du Centre national de supercalcul de Tianjin.

« Ce qui distingue Tianhe-3 des autres est, par exemple, qu'il peut aider à concevoir un avion plus fiable en donnant une vue de ses détails à un agrandissement de plus de dix fois », explique-t-il.

En matière de prévisions météorologiques à l'échelle nationale, le niveau de précision dans les mesures de Tianhe-3 pourrait atteindre le kilomètre carré, soit une précision cinq à dix fois supérieure aux autres supercalculateurs.

« Je pense que certaines applications de prévisions météorologiques sur les smartphones seront plus précises lorsque Tianhe-3 fonctionnera en pleine capacité », indique Meng Xiangfei, qui confirme que le prototype devrait être fini d'ici la fin de l'année prochaine et être pleinement opérationnel d'ici 2020.

Selon lui, le développement de Tianhe-3 diffère fortement de celui de Sunway TaihuLight : « Pour être plus spécifique, nous essayons de construire une "supercellule" qui combine le calcul, la communication, les mégadonnées et l'intelligence artificielle, qui autrefois travaillaient séparément. C'est la raison pour laquelle le Centre national de supercalcul de Tianjin a recruté un nouveau groupe d'experts en intelligence artificielle. »

Alors que la concurrence mondiale dans ce domaine ne cesse de s'intensifier, la Chine porte la puissance de supercalcul à un nouveau niveau.

Les Etats-Unis travaillent sur un supercalculateur exascale, mais son prototype ne devrait pas apparaître avant 2023. Le Japon est également en train de construire une machine capable d'atteindre les 130 pétaflops, ce qui surpasserait le Sunway TaihuLight.

Wang Gang, un professeur de la Faculté des sciences informatiques et technologiques de l'Université de Jilin, estime que les supercalculateurs de Chine sont principalement utilisés pour assister la recherche scientifique, qui nécessite de traiter une quantité colossale d'informations en un laps de temps relativement court.

« Avec l'augmentation de ses capacités d'intelligence artificielle, Tianhe-3 ne sera pas seulement capable de calculer plus rapidement, mais il calculera aussi de manière plus intelligente. Il aura donc un potentiel plus important en matière d'application commerciale », explique-t-il.

Wang Gang travaille sur un projet d'apprentissage profond pour la conduite autonome. Il a utilisé le supercalculateur Sunway TaihuLight pour l'assister dans ses recherches et pense que Tianhe-3 sera encore plus utile.

« La Chine possède un avantage dans le matériel informatique, mais davantage d'efforts doivent être consacrés au développement de logiciels sur mesure pour les supercalculateurs, afin d'élargir leur application. »