Le président français Emmanuel Macron constitue un nouveau gouvernement avec des visages nouveaux, à la fois restreint, composé pour moitié de femmes et chargé d'appliquer des projets destinés à repenser le code du travail et à procéder à une refonte de la vie politique.

Le nouveau gouvernement devrait être présenté officiellement aujourd'hui. L'annonce a été reportée, les autorités vérifiant les dossiers fiscaux et les antécédents des ministres potentiels pour éviter tout conflit d'intérêt. Le président français a fait savoir qu'il attendait de ses ministres qu'ils signent un engagement « d'intégrité et de moralité ».

Au terme de sa seconde journée en tant que président, M. Macron a reçu une délégation du Comité international olympique au palais de l'Elysée pour soutenir la candidature de la capitale française à l'organisation des Jeux olympiques de 2024.

Sa tâche principale consistera à constituer un nouveau gouvernement après la nomination d'Edouard Philippe, du centre-droit, au poste de premier ministre. C'est un équilibre délicat car M. Macron tente de remodeler la vie politique française en prenant des ministres des deux côtés du prisme politique et de combiner la jeunesse avec l'expérience pour permettre de laisser une véritable empreinte sur l'Europe et les affaires mondiales.

Le nouveau gouvernement devrait être composé de 50 % de femmes, et être environ moitié moins important que celui de l'ancien président François Hollande. La rumeur favorise le présentateur télé Nicolas Hulot, Axelle Tessandier, la députée européenne du centre-droit Sylvie Goulard et le dirigeant de premier plan du parti centriste François Bayrou. Le ministre sortant de la Défense Jean-Yves Le Drian, un socialiste, devrait être reconduit, pour assurer la continuité des opérations militaires de la France contre les extrémistes islamistes en Syrie, en Irak et en Afrique.

M. Macron a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin lundi pour faire progresser davantage la coordination entre les pays qui utilisent l'euro, alors que mardi, il a donné un coup de pouce à la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques devant une délégation du Comité international olympique (CIO). « Cette discussion n'a laissé aucune place au doute sur le fait que la candidature de Paris bénéficie d'un fort soutien de toutes les autorités publiques », a déclaré Patrick Baumann, responsable de la commission d'évaluation du CIO.

Le succès de la candidature de Paris donnerait une forte impulsion à la France après des années d'effacement de son influence mondiale et cela sera une aubaine pour M. Macron dans sa tentative de redynamiser l'économie française.

La nomination de M. Philippe au poste de premier ministre a cependant fait l'objet de critiques de la part des socialistes et des républicains conservateurs. Ces partis traditionnels craignent de n'être mis à l'écart par le parti centriste La République en marche ! lors des élections législatives le mois prochain.

Le nouveau gouvernement ne pourrait cependant durer que quelques semaines si le parti de M. Macron ne remporte pas une majorité aux législatives les 11 et 18 juin. Il pourrait alors constituer un gouvernement de coalition ou un gouvernement de cohabitation.