img0

Un employé travaille dans une usine du district de Xiaoshan à Hangzhou, dans la province du Zhejiang, le 27 juin. [Photo/Xinhua]

Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu une croissance de l'économie chinoise de 3,2% en 2022, puis de 4,4% au cours des deux prochaines années, la croissance du pays restant sous pression après une reprise « impressionnante » suite à l'impact initial de la pandémie.

Les conclusions préliminaires ont été publiées mardi par le FMI, après qu'une équipe dirigée par sa cheffe de mission pour la Chine, Sonali Jain-Chandra, a mené des discussions « constructives » via vidéoconférence entre le 2 et le 16 novembre avec de hauts responsables du gouvernement et des banques, des dirigeants d'entreprises privées et des universitaires chinois dans le cadre d'une Consultation au titre de l'article IV.

La consultation est fondée sur l'article IV des Statuts du FMI. Elle implique généralement des discussions bilatérales entre le FMI et un pays membre pour évaluer la santé économique et les risques financiers de ce dernier.

« Dans le cadre de sa “stratégie zéro-COVID”, la Chine a bien résisté à l'impact initial de la pandémie, permettant à son économie de se remettre rapidement des confinements du début de 2020 et d'élargir considérablement l'offre mondiale de biens médicaux et de biens durables à un moment critique pour l'économie mondiale », a affirmé Gita Gopinath, première directrice générale adjointe du FMI.

« Cependant, la croissance de la Chine a ralenti depuis et reste sous pression face aux épidémies récurrentes de COVID-19, aux défis profonds dans le secteur immobilier et au ralentissement de la demande mondiale », a-t-elle déclaré dans un communiqué à la fin de la visite virtuelle.

Mme Gopinath, qui a également tenu des réunions virtuelles avec plusieurs hauts responsables politiques, a avancé que la « stratégie zéro-COVID » de la Chine était devenue « plus adaptive » au fil du temps. Cependant, la combinaison de variants du COVID plus contagieux et de lacunes persistantes dans les vaccinations a conduit à des confinements plus fréquents, pesant sur la consommation et l'investissement privé, y compris dans l’immobilier.

Le durcissement de la réglementation dans le secteur immobilier, bien qu’elle ait été destinée à freiner un endettement élevé, a aggravé les graves tensions financières pour les promoteurs, entraînant un ralentissement rapide des ventes de logements et des investissements, ainsi qu'une forte baisse des revenus de la vente de terrains des administrations locales, relève le communiqué.

« Face à ce contexte, la croissance a été projetée à 3,2% pour 2022, puis à 4,4% en 2023 et 2024, sous l'hypothèse que l’actuelle “stratégie zéro-COVID” sera progressivement levée au second semestre de 2023 », a déclaré Mme Gopinath.

Dans ses « Perspectives de l'économie mondiale » publiées au début du mois dernier, le FMI prévoit que la croissance globale du PIB de la Chine s'alignera sur le rythme mondial projeté en 2022, et que sa croissance sera supérieure de 1,7 point de pourcentage à la moyenne mondiale projetée en 2023.

La Chine est également confrontée à des vents contraires externes dus à un ralentissement mondial, à une nouvelle hausse des prix de l'énergie et à un resserrement accru des conditions financières mondiales, selon le communiqué du FMI.

Le document note qu'à plus long terme, la montée des tensions géopolitiques pose des risques de fragmentation en raison des pressions de découplage financier, ainsi que des limites au commerce, aux investissements directs étrangers (IDE) et à l'échange de connaissances autour de la technologie.

Le PIB de la Chine a augmenté de 3% en glissement annuel au cours des trois premiers trimestres, contre 2,5% au premier semestre, selon les données du Bureau national des statistiques (BNS), ce qui montre que l'économie a fait preuve de résilience malgré certains risques à la baisse.

Suite au déploiement de 20 mesures d'orientation pour une prévention et un contrôle plus scientifiques et ciblés de la pandémie de COVID-19 au début du mois, de nombreux endroits ont affiné les mesures locales de prévention et de contrôle pour minimiser leur impact sur la vie et l'économie.

« À l'avenir, un nouveau recalibrage de la stratégie COVID doit être bien préparé et inclure l'accélération du rythme des vaccinations et son maintien à un niveau élevé pour garantir que la protection soit préservée », note le communiqué du FMI.

Le FMI a également déclaré que la Chine, avec d'autres pays, pouvait jouer un rôle de premier plan dans les efforts multilatéraux visant à relever les défis mondiaux dans un contexte de menace croissante de fragmentation géo-économique et de niveaux croissants de surendettement parmi plusieurs pays à faible revenu et certains marchés émergents.

Il a ajouté que la Chine bénéficierait non seulement de la conclusion de nouveaux accords dans des domaines, tels que le commerce électronique et la facilitation des investissements, mais également du renforcement du système commercial international fondé sur des règles.

« La mise en place, avec le soutien de la Chine, du cadre commun du G20 pour soutenir le règlement de la dette des pays à faible revenu a été une étape bienvenue et importante. La priorité est maintenant de rendre ce processus d'aide plus rapide et plus prévisible », a poursuivi le FMI dans le communiqué.