Beijing est confrontée à la situation épidémique la plus compliquée et la plus grave depuis le début de la pandémie de COVID-19, ont déclaré lundi des responsables du Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) de Beijing.

« Beijing se trouve au moment le plus critique et le plus difficile de la lutte contre le COVID-19 », a affirmé Liu Xiaofeng, directeur adjoint du CDC de Beijing, lors d'une conférence de presse lundi, exhortant les citoyens à protéger les personnes âgées à la maison ainsi que les personnes atteintes de maladies sous-jacentes.

Selon la Commission nationale de la santé, la capitale avait signalé lundi plus de 2400 cas depuis vendredi 15h, avec plus de 500 infections identifiées en dehors des zones de quarantaine grâce à des tests de dépistage au niveau communautaire.

M. Liu a indiqué que le variant Omicron BF.7, importé d'une ville commerçante en dehors de la capitale, était la principale souche de cette série d’infections et avait déclenché des infections en grappes dans des maisons de retraite, sur des chantiers de construction et dans des écoles, alors que les infections signalées de vendredi à dimanche ont été principalement concentrés dans les districts de Chaoyang, Changping, Haidian, Fengtai et Tongzhou.

Alors que les infections quotidiennes continuent d'augmenter, la capitale a signalé deux autres décès dus au COVID-19, portant à trois le nombre total de morts dans le pays depuis mai.

La Commission nationale de la santé a confirmé lundi qu'une femme âgée de 91 ans et un homme âgé de 88 ans, tous deux diagnostiqués avec de légers symptômes de COVID-19 mais avec de graves maladies sous-jacentes, étaient décédés dimanche à l'hôpital Ditan de Beijing, après le décès d'un homme de 87 ans samedi des suites d'une septicémie déclenchée par une grave infection pulmonaire.

Depuis mardi, Beijing exige que les personnes entrant dans la ville subissent des tests de COVID-19 quotidiens pendant trois jours consécutifs, et exige de ces arrivants qu’ils restent chez eux jusqu’à ce qu’ils reçoivent leurs résultats de test négatifs.

Quelque 146 des 316 cas signalés lundi entre 12h et 15h ont été détectés dans le district de Chaoyang, principal centre commercial et diplomatique de Beijing.

Des responsables ont souligné que le district de Chaoyang était la zone prioritaire où les mesures antiépidémiques devaient être strictement mises en œuvre, car il existe encore des risques de transmission cachés au niveau communautaire. Il a été suggéré aux habitants de Chaoyang de réduire les mouvements interdistricts et de rester chez eux le week-end dernier.

M. Liu a également suggéré aux personnes vivant dans des endroits à haut risque de travailler à domicile et de suivre des cours en ligne, affirmant que les lieux publics devraient également limiter le nombre de personnes pour aider à réduire les mouvements de personnes.