Lors d'une réunion exécutive du Conseil des affaires d'État tenue mercredi, le Premier ministre chinois Li Keqiang a entendu un rapport sur le neuvième cycle d'inspection de la responsabilité par le Conseil des affaires d'État. Il a par la suite appelé à redoubler d'efforts dans la mise en œuvre des politiques pour soutenir la reprise et la croissance de l'économie.

La réunion a pris note du récent neuvième cycle d'inspection de la responsabilité par le Conseil des affaires d'État dans certaines localités. L'inspection s'est concentrée sur la supervision et l'inspection des efforts locaux visant à stabiliser les performances économiques ainsi qu’à répondre aux besoins fondamentaux de la population. Elle a été menée principalement via des visites inopinées.

La liste des problèmes identifiés sera envoyée aux gouvernements, institutions et départements locaux concernés pour s'assurer qu'ils soient rectifiés et pour éviter des occurrences similaires.

Les équipes spéciales chargées de superviser et d'aider les efforts visant à stabiliser les performances économiques globales devraient mieux aligner leur travail sur l’inspection des responsabilités et continuer à coordonner la résolution des problèmes.

Les mesures politiques visant à stimuler l'investissement et la consommation seront mises en œuvre en priorité, telles que celles portant sur le soutien fiscal et financier apporté aux projets d'infrastructure clés et à la modernisation des équipements.

Les localités sont invitées à assumer leurs responsabilités en termes de stabilisation de l'économie et de satisfaction des besoins fondamentaux de la population. Les provinces économiquement fortes devraient jouer un rôle de chef de file et travailler ensemble pour consolider les fondements de la stabilité économique et promouvoir la reprise et la croissance.

La réunion a également décidé qu'une liste de services gouvernementaux à forte demande, qui affectent un large éventail de secteurs et qui nécessitent d’être accédés dans des délais relativement courts, serait établie, couvrant toutes les étapes clés du cycle de vie des entreprises et des particuliers.

Les ministères fusionneront les éléments connexes et s'efforceront de fournir des services inter-organismes à guichet unique pour les éléments qui nécessitaient auparavant de multiples visites dans plusieurs ministères, afin de réduire les complications rencontrées par les entreprises et le public.

Pour les acteurs du marché, les démarches liées à la création d'entreprise, à l'obtention d'une autorisation d'exploitation, au recrutement de salariés, à l'immatriculation foncière et à la radiation simplifiée de l'entreprise seront désormais accessibles en un guichet unique.

Pour les particuliers, des services à guichet unique seront fournis concernant les nouveau-nés, l'emploi flexible, le mariage et l'accouchement, l'assistance aux personnes handicapées et aux personnes en difficulté, le retour à la vie civile des militaires, l'enregistrement du transfert de propriété des maisons d'occasion et les services associés, la retraite des employés et les procédures posthumes.

Toutes les localités concernées doivent remplir ces tâches d'ici la fin de l'année. Celles qui échoueront à accomplir cela seront identifiées et invitées à y remédier dans un délai limité.

Notant que le transport et la logistique sont la ligne de vie d'une économie de marché, la réunion a également souligné la nécessité de maintenir le fonctionnement sans accrocs du transport et de la logistique et d'améliorer le soutien politique.

La réunion a appelé à des efforts considérables pour assurer le fonctionnement normal des ports et des terminaux de fret, ainsi qu'à une logistique fluide sur les routes principales et secondaires. Des mesures inutilement strictes et une approche unique pour tous doivent être évitées.

Au quatrième trimestre de cette année, le prix des péages routiers pour les camions sera réduit de 10%. Dans l'intervalle, un soutien ciblé via la politique financière sera fourni aux exploitants d'autoroutes à péage, afin de réduire leurs coûts de financement.

Les droits de port imposés par le gouvernement sur le fret seront eux diminués de 20% au quatrième trimestre.