Le Port de Qingdao ( Photo prise le 1er mai. Li Ziheng/Xinhua)

Selon des responsables et des experts, la Chine devrait enregistrer un rebond de certains indicateurs économiques clés dans les mois à venir grâce aux mesures efficaces prises par le gouvernement pour contenir les flambées de COVID-19 et intensifier le soutien à la politique macroéconomique. Leurs remarques sont intervenues alors que l'activité économique de la Chine pourrait s'affaiblir au deuxième trimestre du fait de l'impact de la résurgence des cas de COVID-19 et d'un environnement extérieur plus compliqué.

Sheng Laiyun, directeur adjoint du Bureau national des statistiques, a souligné que si certaines régions telles que Shanghai et la province du Jilin (nord-est de la Chine) ont été gravement touchées par la pandémie, l'impact des dernières flambées est toutefois temporaire, déclarant dans un entretien à l'agence de presse Xinhua que l'économie chinoise devrait rebondir grâce à un meilleur contrôle de l'épidémie de COVID-19 et au solide soutien politique du gouvernement.

« Les flambées de COVID-19 dans des régions comme le Jilin et Shanghai ont été efficacement contrôlées en mai, et le travail et la production ont repris de manière ordonnée », a-t-il ajouté, notant que « certains indicateurs économiques avancés, tels que la production et la consommation d'électricité, ont montré des signes positifs ».

Par ailleurs, a souligné M. Sheng, les fondamentaux qui soutiennent la croissance régulière et à long terme de l'économie chinoise restent inchangés, et celle-ci continue de se caractériser par un vaste potentiel, une forte résilience et une grande marge de manœuvre.

Il estime aussi que, compte tenu des conditions favorables de la Chine, telles que la résilience de ses chaînes industrielles et d'approvisionnement, son vaste marché intérieur et une gamme d'outils politiques, le pays possède la confiance, les capacités et les conditions nécessaires pour atteindre les principaux objectifs fixés pour le développement économique et social en 2022.

La Chine a récemment redoublé d'efforts pour intensifier son soutien à la politique macroéconomique. Le 29 avril, une réunion du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois a appelé à un ajustement plus fort de la politique macroéconomique pour stabiliser l'économie et la maintenir dans une fourchette appropriée.

Depuis cette réunion, les décideurs politiques ont promis davantage de mesures, des responsables du Comité central des affaires financières et économiques et de la Banque populaire de Chine ayant déclaré le 12 mai que le pays envisageait de nouveaux outils politiques pour soutenir l'économie.

Parallèlement, la Banque populaire de Chine -la banque centrale- a annoncé le 13 mai que l'augmentation du financement social global, c'est-à-dire le montant total du financement de l'économie réelle, s'élevait à 910,2 milliards de yuans (134 milliards de dollars) en avril, en baisse de 946,8 milliards de yuans d'une année sur l'autre, ajoutant que les nouveaux prêts chinois libellés en yuans se sont montés à 645,4 milliards de yuans le mois dernier, en baisse de 823,1 milliards de yuans d'une année sur l'autre.

Par ailleurs, a indiqué la banque dans un communiqué, « les entreprises, en particulier les moyennes, petites et micro-entreprises, ont rencontré plus de difficultés dans leurs opérations, avec une baisse marquée de la demande effective de financement ».

La banque centrale a également annoncé dans le communiqué qu'elle accordera une place plus importante à la stabilisation de la croissance économique en mettant l'accent sur la stabilisation de l'expansion globale du crédit, la réduction des coûts de financement et le renforcement de l'aide aux domaines clés et aux maillons faibles, ajoutant que le niveau de levier macro du pays, ou ratio dette/PIB, pourrait augmenter avec les mesures de soutien, tout en restant dans une fourchette raisonnable.

Selon Chen Chuanglian, directeur adjoint de l'Institut des finances du sud de la Chine à l'Université de Jinan à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong (sud de la Chine), compte tenu des multiples pressions à la baisse, il faudra encore un certain temps pour voir un rebond robuste de l'économie chinoise, et le tournant pouvant se produire à la fin du troisième trimestre et au début du quatrième trimestre de cette année.