La ville de Shanghai devrait atteindre le zéro COVID au-delà des zones sous gestion en boucle fermée à la mi-mai, et elle assouplira à cette date-là les restrictions liées au COVID-19 tout en mettant en œuvre un système de gestion à plusieurs niveaux pour les communautés en fonction de leurs niveaux de risque, ont annoncé le 13 mai les autorités locales.

Selon le vice-maire de la ville, Wu Qing, les efforts pour contrôler la vague actuelle de COVID-19 ont commencé à donner de bons résultats : en effet, malgré de légères fluctuations du nombre quotidien de nouvelles infections, plus de 99 % de celles-ci ont été identifiées grâce à des tests dans des zones de gestion en boucle fermée. Par ailleurs, au cours des trois derniers jours, seuls six cas ont été découverts dans d'autres zones.

Selon M. Wu, « la ville est maintenant confrontée à une transition critique d'une réponse d'urgence épidémique à un mode de prévention et de contrôle normalisé », ajoutant que des efforts supplémentaires seront déployés dans les zones clés pour contenir l'épidémie, notamment les vieux quartiers et les villages présentant des risques de résurgence. « Nous élaborons un plan pour consolider les résultats des efforts de prévention et de contrôle obtenus jusqu'à présent et préparer la reprise du travail, des affaires et de l'enseignement sur les campus et un retour à la normale », a-t-il encore indiqué.

Dans le cadre de l'assouplissement, les automobiles seront progressivement autorisées à circuler à nouveau, tandis que les supermarchés, les magasins de proximité et d'autres types d'activités telles que les salons de coiffure seront petit à petit autorisés à rouvrir. « Les élèves qui doivent passer des examens, en particulier les élèves de 9e, 11e et 12e années des lycées, auront la priorité pour retourner en cours. D'autres établissements de santé et guichets de services gouvernementaux seront également rouverts peu à peu », a-t-il ajouté.

Shanghai a signalé le 12 mai 227 nouveaux cas confirmés de COVID-19 transmis localement, 1 869 infections asymptomatiques et le décès de 2 personnes, âgées de 88 et 89 ans.