img0

[Photo : Li Xuanmin/GT]

Au 30 septembre 2021, les Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022 avaient atteint 98% de leurs engagements en matière de développement durable, les émissions de carbone pendant les Jeux devant être entièrement neutralisées, selon un rapport publié jeudi, réfutant le battage médiatique accru de certains médias étrangers sur les coûts environnementaux de l'événement et la prétendue difficulté à vérifier les engagements.

Des observateurs de l'industrie ont déclaré que les Jeux avaient non seulement un poids particulier dans la démonstration des engagements verts de la Chine – alors que la société internationale a donné la priorité au pic de carbone et à la neutralité carbone comme objectifs de développement –, mais qu'ils conduiraient également à des événements sportifs plus verts.

Selon le rapport, intitulé « Développement durable (pré-compétition) », la Chine a obtenu des résultats significatifs sur son engagement en matière de développement durable, alors que tous les sites de compétition atteignent les normes d'architecture verte et que la concentration moyenne de PM2,5 à Beijing en 2022 devrait être de 45% inférieure à celle enregistrée en 2012.

Le rapport, décrivant les engagements durables de la Chine, la manière dont ses plans sont mis en œuvre, ainsi que les derniers développements dans des domaines tels que la protection écologique, le développement régional et le progrès social, a été publié jeudi lors d'une conférence de presse tenue par le Bureau d'information du Conseil des affaires d'État.

« Les Jeux olympiques d'hiver de Beijing ont strictement appliqué une gestion à faible émission de carbone. Les quatre sites de glace pour les Jeux utilisent de nouveaux types de réfrigérants au dioxyde de carbone, et tous les sites de compétition fonctionneront entièrement à l'électricité verte », a affirmé lors de la conférence de presse Li Sen, directeur général du Département de la planification générale du Comité d'organisation de Beijing pour les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2022.

Il est estimé que 400 millions de kilowattheures d'électricité verte seront consommés sur les sites olympiques de Beijing, du district de Yanqing et de la ville de Zhangjiakou (dans la province du Hebei, nord) entre juin 2019 et la fin des Jeux paralympiques d'hiver.

Cela équivaut à réduire la combustion de 128 000 tonnes de charbon standard et à réduire les émissions de 320 000 tonnes de dioxyde de carbone, ont affirmé des responsables.

Selon M. Li, la Chine déploiera également un système de transport à faible émission de carbone, dans le cadre duquel les véhicules économes en énergie et à énergie propre représenteront plus de 80% des véhicules utilisés pendant les Jeux.

Le président chinois Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a inspecté les sites des Jeux le 4 janvier, un mois avant la cérémonie d'ouverture.

Lors de sa visite à l'Anneau national de patinage de vitesse, connu sous le nom de « Ruban de glace », M. Xi a avancé l'idée de construire des Jeux olympiques d'hiver verts, inclusifs, ouverts et propres.

Le Ruban de glace, seul site nouvellement construit pour les Jeux, est considéré comme un exemple de la façon dont la Chine tient sa promesse d'accueillir des Jeux verts.

Le dioxyde de carbone sera utilisé afin de fabriquer de la glace pour l'ensemble du processus, et ce dernier ne produit presque aucune émission de carbone et améliorera l'efficacité énergétique de plus de 20% par rapport aux systèmes de fabrication de glace conventionnels, a précédemment appris le Global Times auprès du personnel du site.

Ji Ning, expert en marketing sportif et PDG de Vning Cultural Media Co, basé à Beijing, a affirmé jeudi que la Chine était sur la bonne voie pour atteindre son engagement vert et que le processus d'évaluation avait été « complet et objectif ».

« Beijing a organisé et coordonné l'ensemble du processus pour garantir une réalisation rapide de ses objectifs verts, un modèle qui pourrait servir de référence pour d'autres villes hôtes d'événements sportifs dans l'ère post-olympique », a avancé M. Ji.

La publication du rapport intervient alors que les Jeux olympiques d'hiver approchent à grand pas et que des médias étrangers dénigrent la Chine en la qualifiant d'hôte « irresponsable » qui aggravera les problèmes d'eau et libérera davantage de dioxyde de carbone que prévu.

En réponse à cela, Yan Jiarong, porte-parole du comité d'organisation de Beijing, a déclaré qu'il y avait une multitude de faits marquants dans le cadre de ces Jeux olympiques « verts ».

« Nous avons un plan stratégique durable à long terme qui détaille 119 mesures sur trois fronts : un impact positif sur l'environnement, un nouveau développement régional, et une vie meilleure », a affirmé M. Yan, ajoutant que plusieurs sites qui ont accueilli les Jeux olympiques de Beijing en 2008 accueilleront également les Jeux olympiques d'hiver de 2022, et précisant que la Chine a des plans pour l'utilisation future des installations nouvellement construites.

Alors que certains critiques étrangers ont mis en doute le système de neige artificielle, qu'ils ont présenté comme un gaspillage de ressources en eau, les responsables ont souligné que tous les jeux internationaux utilisaient de la neige artificielle pour assurer la qualité de la neige, et que l'utilisation réelle de l'eau pour générer de la neige était limitée.

« La consommation d'eau pour faire de la neige représente 1,6% de la consommation d'eau locale dans le district de Yanqing, et le ratio est de 9,8% dans le district de Chongli à Zhangjiakou », a fait savoir M. Yan, ajoutant qu'une telle consommation n'affecterait pas la sécurité régionale de l'eau ni l'environnement.