img0

[Photo/Xinhua]

« La Chine espère que la France pourra jouer un rôle positif en guidant l'Union européenne (UE) afin de maintenir une compréhension correcte de la Chine et développer les relations et la coopération du bloc avec la Chine de manière indépendante », a déclaré jeudi le vice-président chinois Wang Qishan.

M. Wang a tenu ces propos lors de sa rencontre par vidéoconférence avec Emmanuel Bonne, conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron. La France a pris la présidence semestrielle du Conseil de l'Union européenne le 1er janvier.

M. Wang a déclaré que l'harmonie dans la diversité était une bonne règle empirique acquise grâce au développement de l'UE, ajoutant qu'elle devrait également être appliquée pour guider les relations Chine-UE.

La Chine est prête à chercher une coopération pragmatique avec le bloc sur la base du respect mutuel et d'une coopération ouverte afin de contribuer à la prospérité des deux parties, a-t-il affirmé.

M. Bonne est actuellement en Chine pour sa première visite dans le pays depuis le début de la pandémie de COVID-19, après une visite en 2019.

M. Wang a déclaré que la Chine avait toujours considéré la France comme un partenaire stratégique global et que les relations bilatérales avaient maintenu un développement solide et stable sous la direction de leurs deux chefs d'État.

La Chine est prête à travailler avec la France pour contribuer à la paix, à la stabilité et au développement durable dans le monde, a-t-il ajouté.

M. Bonne a indiqué que la France était disposée à renforcer les échanges de haut niveau et la communication stratégique avec la Chine et qu'elle jouerait un rôle constructif dans la promotion d'une coopération gagnant-gagnant entre l'UE et la Chine.

Jeudi, le vice-Premier ministre chinois Liu He a également rencontré M. Bonne. Les deux parties ont échangé leurs points de vue sur des questions telles que la coopération économique et financière Chine-France et Chine-UE, la coopération mondiale contre la pandémie et le changement climatique.

M. Bonne s'est rendu en Chine pour une courte visite d'une seule journée. Il a à cette occasion tenu jeudi le 22e Dialogue stratégique Chine-France avec le conseiller d'État et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

Parallèlement, Wang Yi a rencontré mercredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu à Wuxi, dans la province du Jiangsu (est).

M. Wang a lors de cette rencontre avancé que l'« essence de la question du Xinjiang est la lutte contre le terrorisme et le séparatisme », indiquant « espérer que la Turquie et les pays islamiques pourront comprendre et soutenir la position légitime de la Chine sur la question ».

Proposant que la Chine et la Turquie, en tant que partenaires stratégiques, s'engagent à renforcer la confiance mutuelle et leur soutien mutuel, M. Wang a fait savoir que « la Chine espère que les deux parties respecteront la norme fondamentale de non-ingérence dans les affaires intérieures dans les relations internationales, ne participeront pas à des activités se ciblant l'un l'autre lors d'occasions internationales, et faciliteront la compréhension mutuelle par des voies bilatérales ».