img0

[Photo/Xinhua]

L'économie chinoise devrait croître d'environ 5,5% en 2022, portant le taux de croissance annuel moyen prévu pour la période de 2020 à 2022 à 5,34%, a affirmé mercredi un groupe de réflexion gouvernemental.

Le PIB chinois devrait maintenir une croissance stable en 2022 après avoir rebondi à une croissance estimée à 8,2% en 2021, selon les prévisions annuelles du Centre des sciences prévisionnelles (CEFS) de l'Académie chinoise des sciences.

Bao Qin, directeur adjoint du CEFS, a déclaré que le taux de croissance du PIB de la Chine devrait atteindre environ 5,2% au premier trimestre de 2022, puis 5,5% et 5,6% respectivement pour les deuxième et troisième trimestres. Le PIB du quatrième trimestre devrait lui croître de 5,7 %.

« La consommation intérieure devrait maintenir une croissance soutenue en 2022, avec un taux de croissance nominal en glissement annuel de 5,4% à 7%, lui permettant de rester le principal moteur de la croissance économique », a indiqué M. Bao lors d'une conférence de presse à Beijing.

Selon lui, la consommation intérieure devrait se redresser progressivement grâce à une reprise en douceur de l'économie nationale, à l'amélioration de la capacité intérieure de prévention des urgences, au développement continu des opérations des entreprises, à la poursuite de la reprise de la consommation hors ligne, ainsi qu’à des mesures gouvernementales efficaces pour stimuler la consommation.

Selon les prévisions, le taux de croissance nominal des investissements en capital fixe (hors ménages ruraux) devrait être de 5% à 6% en 2022.

Les importations et les exportations du pays devraient elles augmenter de plus de 6% en glissement annuel pour atteindre 6410 milliards de dollars en 2022, les exportations et les importations augmentant respectivement de près de 7% et de plus de 5%, selon les prévisions.

Le CEFS a averti que le risque de hausses des prix supérieures aux attentes est toujours présent, estimant que l'indice des prix à la production et l'indice des prix à la consommation augmenteront respectivement d'environ 4,3% et d'environ 2% en 2022.

Évoquant la Conférence centrale sur le travail économique qui s'est tenue le mois dernier, Zhu Baoliang, économiste en chef au Centre d'information de l'État, a souligné l'importance de combiner les ajustements transcycliques et anticycliques pour stabiliser l'économie globale cette année, affirmant qu'ils contribueront à stabiliser la demande à court terme et à traiter les problèmes structurels à long terme.

Wang Tongsan, un académicien de l'Académie chinoise des sciences sociales, a suggéré qu’à l’avenir, le gouvernement devrait mettre en place des politiques plus détaillées pour accroître les investissements.

« Alors que le gouvernement a introduit une série de politiques pour stimuler la consommation, les politiques d'expansion des investissements ne sont pas aussi détaillées, suffisantes et complètes que celles de la consommation », a expliqué M. Wang. « Pour accroître encore plus la demande intérieure, davantage d'efforts doivent être faits pour renforcer l'équilibre entre l'investissement et la consommation. »

Selon les dernières « Perspectives économiques mondiales » de la Banque mondiale, la croissance mondiale devrait nettement ralentir à 4,1% en 2022, après une croissance estimée à 5,5% en 2021, reflétant les reprises continues de COVID-19, la diminution du soutien budgétaire et les goulots d'étranglement persistants du côté de l'offre.

La Banque mondiale a noté que divers risques à la baisse assombrissent les perspectives futures, dont notamment des perturbations économiques simultanées provoquées par le variant Omicron, de nouveaux goulots d'étranglement de l'offre, des préoccupations inflationnistes, des tensions financières, des catastrophes liées au climat et un affaiblissement des moteurs de croissance à long terme.

En réponse à cet affaiblissement des moteurs de croissance, Louis Kuijs, responsable de l'économie pour l’Asie au groupe de réflexion Oxford Economics, a indiqué s'attendre à ce que la politique macroéconomique de la Chine devienne plus accommodante.