img0

Un travailleur médical inocule un vaccin anti-COVID-19 à un patient sur un site d'inoculation temporaire dans le district de Haidian à Beijing, le 11 janvier 2021. (Photo : Xinhua)

Zhong Nanshan, le célèbre expert en maladies respiratoires chinois, a averti que bien que peu d'informations soient disponibles actuellement, le nouveau variant plus contagieux du coronavirus Omicron, pourrait poser plus de défis au travail de prévention et de contrôle de la pandémie, car l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu'il portait en lui un grand nombre de mutations.

M. Zhong a fait ces remarques lors d'un forum le 27 novembre, notant que la vaccination est certainement un moyen efficace d'empêcher la propagation du virus, soulignant qu'environ 76,8% de la population chinoise a été vaccinée à ce jour, ce qui constitue une bonne base pour que le pays atteigne l'objectif de 80% de vaccination afin de renforcer l'immunité collective d'ici la fin de l'année.

Le nouveau variant, nommé Omicron par l'OMS, a d'abord été découvert en Afrique australe. Plusieurs autres pays et régions, dont Israël et Hong Kong en Chine, ont également identifié des cas causés par celui-ci. L'OMS a désigné Omicron comme un « variant inquiétant », déclarant que la variante comporte un grand nombre de mutations, suscitant des inquiétudes quant à l'efficacité des vaccins et des médicaments existants. L'Organisation a également signalé que plusieurs semaines d'études seraient nécessaires pour acquérir une connaissance suffisante du nouveau variant.

L'un des principaux producteurs de vaccins chinois, Sinovac Biotech, a indiqué le 27 novembre au Global Times qu'il accordait une attention particulière à Omicron et avait fait appel à un réseau mondial de partenaires pour collecter et obtenir des informations et des échantillons spécifiques au virus mutant. Sinovac a également annoncé le lancement d’une étude sur l'influence du variant sur son vaccin inactivé et la nécessité de développer un vaccin spécial contre Omicron dès que possible. Le producteur a aussi rappelé qu'il possédait une technologie mature et une capacité de production de masse lui permettant d'accélérer le développement et la fabrication de nouveaux vaccins pour répondre à la demande.

Les fabricants mondiaux de vaccins comme Pfizer et Johnson & Johnson ont également annoncé des efforts pour faire des recherches sur le variant et mettre à niveau leurs vaccins.

Omicron, qui a été qualifié par certains médias occidentaux de « pire » nouveau variante du COVID-19, a incité l'Allemagne, l'Italie et la Grande-Bretagne à suspendre les voyages depuis l'Afrique du Sud, et l'Union européenne propose également d'interdire les voyages depuis le pays et ses voisins, ont écrit les médias.

Les marchés boursiers du monde entier ont également fortement chuté après la découverte du variant. L'indice FTSE 100 des principales actions britanniques a clôturé en baisse de 3,7%. Les marchés allemands, français et américains se sont également effondrés. Les actions des compagnies aériennes et des agences de voyages ont été durement touchées, avec le propriétaire de BA IAG et Wizz Air en baisse de 15%, Tui a perdu 10% du fait des craintes suscitées par le nouveau variant sur la reprise des voyages dans le monde, a de son côté rapporté la BBC le 27 novembre.

Toutefois, les experts chinois pensent pour leur part qu'il n'y a pas lieu de paniquer car le grand nombre de mutations n'indique pas nécessairement une infectiosité élevée, et la Chine, avec un système de prévention et de contrôle des épidémies strict et expérimenté, est en mesure de protéger les résidents nationaux du nouveau variant.

« De nombreuses informations sur le variant restent floues, telles que le nombre d'endroits où il s'est propagé, le nombre de cas graves qu'il provoque ou sa mortalité, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter pour le moment", a déclaré au Global Times un immunologiste basé à Beijing sous couvert d'anonymat. En outre, a déclaré l'expert, étant donné que l'Afrique australe est actuellement en été, il est très peu probable qu’une grave épidémie se produise.

Au stade actuel, la menace qu'Omicron se répande en Chine est moindre que l'épidémie en Mongolie intérieure et les prochains Jeux olympiques d'hiver de Beijing. Et, si jamais des signaux dangereux étaient découverts, la Chine peut suspendre tous les voyages avec l'Afrique australe ou appliquer des mesures de quarantaine plus strictes aux arrivées de cette zone, a enfin noté l'expert.