A 100 jours de la cérémonie d’ouverture, Beijing est prête à accueillir des Jeux paralympiques d’hiver inclusifs et accessibles, et les organisateurs se concentrent sur l’héritage qu’ils laisseront pour promouvoir la participation future des personnes handicapées dans le sport.

Beijing, qui a précédemment accueilli les Jeux paralympiques d’été en 2008, s’apprête à accueillir une nouvelle fois les Jeux avec des normes encore plus élevées d’inclusivité, d’accessibilité et d’égalité, lorsque les Jeux paralympiques d’hiver seront lancés le 4 mars.

Le travail de préparation pour ces 10 journées de Jeux paralympiques − dont les épreuves se dérouleront dans trois zones, à savoir le centre-ville de Beijing, le district de Yanqing dans le nord-ouest de la capitale et la ville coorganisatrice de Zhangjiakou dans la province de Hebei − est passé de la préparation des installations aux tests opérationnels.

Les organisateurs et les propriétaires fonciers ont finalisé les 5 sites d’épreuves, qui accueilleront 6 sports (ski alpin, ski de fond, biathlon, snowboard, para-hockey sur glace et curling handisport) pour les Jeux paralympiques, tandis que les infrastructures temporaires pour les services médicaux, la maintenance des prothèses sportives, les activités médiatiques et les cérémonies sont pratiquement terminées, a indiqué le Comité d’organisation de Beijing 2022.

Après avoir accueilli une série d’évènements tests internationaux, dont le Championnat du monde de curling handisport, les organisateurs œuvrent désormais à peaufiner les détails opérationnels et les services pour offrir aux athlètes paralympiques de meilleures expériences en se basant sur les retours obtenus au cours des essais, a indiqué Yang Jinkui, le directeur du Département paralympique du Comité d’organisation de Beijing 2022.

« Je pense qu’après avoir appris des évènements tests et réalisé des améliorations, nous sommes désormais quasiment prêts pour accueillir non seulement une édition sans barrière des Jeux paralympiques d’hiver, mais également un retour chaleureux pour les athlètes paralympiques du monde entier », a-t-il déclaré le mois dernier au cours du Championnat du monde de curling handisport, qui s’est déroulé au Centre national de natation de Beijing.

Surnommé « Water Cube » (« Cube d’eau ») lorsqu’il a accueilli les épreuves de natation des Jeux olympiques et paralympiques en 2008, le centre a été reconverti en « Ice Cube » (« Cube de glace ») pour le curling grâce à un projet innovant consistant à remplir la piscine avec des structures amovibles en acier surmontées de couches de glace.

A la suite de sa transformation, le site a fait l’objet de tests intensifs sur la stabilité de la surface de glace, d’un contrôle minutieux de la température et de l’humidité, ainsi que de protocoles concernant l’accessibilité et la prévention du Covid-19 au cours du Championnat de curling handisport, afin de s’assurer qu’il réponde aux normes internationales, a indiqué l’équipe gérant le site.

« Cet évènement test s’est relativement bien déroulé et a permis de mettre en lumière les améliorations que nous devons faire dans la prochaine étape. […] La capacité à passer d’un bassin de natation à une patinoire, associée aux deux patinoires d’entraînement construites dans l’espace souterrain au sud du hall principal, va faire de notre site une infrastructure sportive toutes saisons pour les athlètes valides et handicapés », explique Yang Qiyong, le directeur général du site.

Le Centre national de natation de Beijing, qui était déjà accessible à tous comme l’ensemble des infrastructures construites pour les JO de 2008, va améliorer ses infrastructures par des mesures, comme le remplacement des tapis dans le hall principal par un revêtement en caoutchouc, l’élargissement des allées et la construction de plus de rampes d’accès dans la zone des médias, afin de donner aux personnes en fauteuil une meilleure expérience, ajoute-t-il.

A la suite d’une visite d’inspection en amont du Championnat de curling handisport le mois dernier, la présidente de la Fédération mondiale de curling, Kate Caithness, a fait l’éloge de la préparation du site : « J’ai été très impressionnée par la disposition du terrain, et notamment par le nouvel écran géant. [...] Ils ont fait un excellent travail », a-t-elle déclaré.

Alors que les préparatifs pour les Jeux paralympiques entrent dans leur phase finale et s’accélèrent, les organisateurs et les promoteurs sportifs de Chine se concentrent désormais sur la maximisation de l’impact de l’évènement sur l’égalité des chances, de façon à ce que les amateurs de sport en situation de handicap puissent avoir accès aux sports de glace et de neige, tout en sensibilisant à la nécessité d’un accès équitable aux infrastructures sportives − notamment pour les sports d’hiver − au-delà de 2022.

Gérée par la Fédération des personnes handicapées de Chine, une nouvelle base de sports d’hiver pour les athlètes handicapés a ouvert ses portes depuis la fin de l’année dernière, posant les fondations pour que plus de personnes handicapées de talent puissent être identifiées et entraînées à travers le pays.

Pour le grand public, les organisateurs de Beijing 2022 ont publié au mois de septembre de l’année dernière une version illustrée de directives de services sans barrière, qui détaille la rénovation des infrastructures urbaines pour fournir une meilleure accessibilité pendant les Jeux et au-delà.

Depuis novembre 2019, Beijing a réparé 7031 sections de trottoirs pour les piétons malvoyants et rénové les écriteaux en braille dans 11 911 arrêts de bus, stations de métro et parkings, note la Fédération des personnes handicapées de Beijing.