Le ministre chinois des Affaires étrangères et membre du Conseil d’État Wang Yi poursuit son voyage d’une semaine dans quatre pays voisins de la Chine. Après avoir visité le Vietnam et le Cambodge, il sera à Singapour lundi et mardi et terminera sa tournée en Corée du Sud.

Cet effort diplomatique mené par la Chine pour renforcer ses liens avec les pays voisins a lieu un mois environ après les visites effectuées par la vice-présidente américaine Kamala Harris à Singapour et au Vietnam en août.

Selon des analystes chinois, les activités diplomatiques américaines dans la région visent à obtenir la coopération des voisins de la Chine pour contenir cette dernière, dans le cadre de la stratégie indopacifique des États-Unis. Cette démarche est motivée par l’objectif stratégique américain, plutôt que par celui d’un développement économique pragmatique, qui est bien plus important pour les pays de la région.

La Chine peut fournir à ses voisins ce que les États-Unis ont échoué à offrir, et la diplomatie chinoise envers ces pays est toujours motivée par des intérêts communs, des préoccupations communes et un développement commun. La connectivité entre la Chine et ses principaux voisins est solide et fiable, et c’est pourquoi Washington échouera à utiliser ces pays pour contenir la Chine, ont déclaré les experts.

Le Cambodge, voisin proche de la Chine qui bénéficie du développement de celle-ci, a exprimé sa ferme intention de préserver l’amitié qui le lie à la Chine malgré la pression des puissances non régionales.

Le Cambodge est certes un petit pays, mais il ne succombera pas aux pressions et il soutiendra fermement la Chine sur les questions liées aux avantages fondamentaux, a déclaré le Premier ministre cambodgien Hun Sen lors de sa rencontre avec Wang Yi dimanche. Au cours de cette rencontre, ils ont discuté de la poursuite de la coopération dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 et d’autres questions régionales.

Le dirigeant cambodgien a réaffirmé le soutien ferme de son pays envers la Chine sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de la Chine, comme Taiwan, Hong Kong et le Xinjiang, et a déclaré que le Cambodge appréciait l’aide chinoise dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.

M. Hun a exprimé l’espoir du Cambodge de renforcer la coopération bilatérale en matière de lutte contre les épidémies, ainsi que dans les domaines du commerce, de l’économie et des infrastructures.

M. Wang a assuré le Cambodge de son soutien envers sa volonté de défier l’intimidation internationale et de préserver la souveraineté et la dignité nationales. « La Chine sera le partenaire stratégique le plus fiable et le plus durable du Cambodge », a-t-il affirmé.

Wang Yi a également indiqué l’engagement de la Chine à fournir davantage de vaccins contre le COVID-19 et d’équipements médicaux au Cambodge pour aider le pays à contenir l’épidémie. En août, la Chine a fait don de 600 000 doses supplémentaires du vaccin de Sinopharm au Cambodge, permettant ainsi au pays d’insuffler un nouvel élan à son programme de vaccination.

Lors d’une réunion avec le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères cambodgien Prak Sokhonn, Wang Yi a déclaré que les relations entre la Chine et le Cambodge ont traversé des épreuves et des difficultés et sont devenues solides comme un roc face aux défis. « Nos deux pays ont lutté ensemble contre les jeux de puissance et d’intimidation, pour la sauvegarde de l’équité et de la justice internationales, ainsi que pour les intérêts communs de tous les pays en développement », a déclaré M. Wang.

Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré au Global Times que « la politique de la Chine dans les régions voisines n’est pas motivée par la concurrence stratégique avec les États-Unis ou d’autres grandes puissances, mais par l’intégration régionale, l’inclusion, le multilatéralisme, la gestion des défis communs et la réalisation de la prospérité et du développement communs. »

L’influence, l’image et la crédibilité de la Chine dans la région sont bien plus grandes et plus positives que celles des États-Unis en termes de coopération économique, ce qui est plus susceptible de répondre aux besoins des populations locales, a déclaré M. Li, en ajoutant que les États-Unis se rendent de plus en plus impopulaires en déployant des efforts pour diaboliser la Chine et forcer les autres pays à choisir un camp.

Wang Yi a réitéré l’engagement continu de la Chine à soutenir fortement le Cambodge pour le développement de son économie, notamment en augmentant les importations de produits agricoles cambodgiens, contribuant ainsi à faire avancer l’industrialisation et la transformation économique du Cambodge.

En réponse à une question sur la situation internationale en matière de lutte contre le terrorisme lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion, M. Wang a déclaré que « vingt ans de pratique après l’incident du 11 septembre ont prouvé que la lutte sélective contre le terrorisme liée à des groupes ethniques et à des religions spécifiques est vouée à l'échec et ne fait qu’encourager la discrimination et les préjugés. »

Le Cambodge était la deuxième étape de la tournée d’une semaine de Wang Yi dans quatre pays voisins de la Chine. Selon des experts chinois, cette tournée est importante pour le renforcement de la coopération économique et commerciale, ainsi que pour l’instauration d’une confiance politique mutuelle et d’une vision commune du paysage sécuritaire de la région. Après sa visite au Cambodge, Wang Yi s’est rendu à Singapour puis ira en Corée du Sud.

Il a rencontré lundi le vice-premier ministre singapourien Heng Swee Keat et la ministre des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan. Durant leurs rencontres, les dirigeants ont noté les liens solides et la coopération entre les deux pays dans le contexte de la pandémie, a rapporté le Strait Times.

Lors de la visite de Kamala Harris à Singapour et au Vietnam en août, les États-Unis se sont efforcés d’encourager les tensions entre la Chine et les deux pays et de diaboliser l’influence croissante de la Chine dans la région pour légitimer la présence américaine. Cependant, les dirigeants vietnamiens ont déclaré durant la visite de Wang Yi à Hanoi que personne ne pouvait porter atteinte à l’unité et à la coopération entre les deux pays, et ont souligné l’idéologie commune du socialisme.

Selon les analystes, Singapour réagira de la même manière, car le maintien de sa neutralité entre la Chine et les États-Unis est la clé de la survie du pays et de son rôle de « cerveau de l’ASEAN ».

Jin Canrong, doyen adjoint de l’École d’études internationales de l’Université Renmin de Chine, a déclaré que les États-Unis tentent depuis le mandat de Barack Obama de renforcer leurs liens avec les voisins de la Chine pour contenir cette dernière. Après de nombreuses années, ils ont obtenu des résultats très limités, car « les États-Unis n’ont pas assez d’argent pour acheter la loyauté des autres pays. Ils ne peuvent qu’invoquer les "valeurs" ou la "sécurité" pour semer la peur et créer de la méfiance dans le monde entier. Aujourd’hui, tout le monde le sait et personne ne veut être utilisé et dupé une nouvelle fois. »