Les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) et les membres de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) se préparent à se rendre à Beijing pour assister aux événements politiques annuels les plus importants de Chine, à savoir les deux sessions, qui commencent la semaine prochaine.

En tant que vitrine du développement de la Chine et l’incarnation de la démocratie chinoise, les deux sessions couvrent les plans de développement économique et social essentiels du pays, attirant l'attention du monde entier. Les réunions de cette année ont retenu une attention particulière, alors que 2021 marque le début du nouveau 14e Plan quinquennal du pays (2021-25) ainsi que le 100e anniversaire du Parti communiste chinois (PCC).

Les yeux du monde entier regarderont la manière dont la Chine prévoit de réaliser ses objectifs économiques et de construire son nouveau paradigme de développement, et attendront de savoir quel type de réformes sont attendues.

Des députés de l'APN et des membres de la CCPPC venus de tout le pays – dont la province du Guangdong (sud), la province du Hubei (centre) et la province du Gansu (nord-ouest) – contactés par le Global Times dimanche ont déclaré avoir reçu des notifications des comités d'organisation locaux sur l'obtention de vaccins contre le COVID-19, précisant que cela n'était pas obligatoire.

« Je suis sur le point de recevoir la deuxième dose cette semaine. C'est volontaire et j'ai rencontré d'autres députés en attendant de me faire vacciner », a déclaré Zhu Lieyu, un député de l'APN qui est avocat du cabinet Guoding à Guangzhou, dans la province du Guangdong.

Selon M. Zhu, tous les députés et membres des deux sessions sont tenus de subir un test d'acides nucléiques avant de se rendre à Beijing. On ne sait pas s'ils devront subir un second test une fois dans la capitale.

La plupart des députés et membres de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong ont déjà reçu des vaccins contre le COVID-19, se préparant pour leur prochain voyage à Beijing, ont indiqué deux députés de l'APN de la ville contactés par le Global Times dimanche.

« Nous avons reçu la première injection avant la fête du Printemps et la seconde jeudi à Shenzhen, et nous devrions partir pour Beijing vers le 1er mars », a fait savoir dimanche Chan Yung, un député de l'APN qui est aussi vice-président du groupe politique pro-establishment de l’Alliance démocratique pour l’amélioration et le progrès de Hong Kong (anciennement connu sous le nom d’Alliance démocratique pour l’amélioration de Hong Kong).

L'ensemble du processus, semblable aux réunions de l'année dernière, suivra un système de gestion fermé, tandis que les délégations recevront des arrangements détaillés sur les mesures de prévention et de contrôle de l'épidémie après leur arrivée à Beijing, a indiqué M. Chan.

« Par rapport à l'année dernière, nous sommes beaucoup plus confiants [vis-à-vis du contrôle de l'épidémie], en particulier lorsque les vaccins fabriqués en Chine sont devenus les plus sûrs au monde et les plus appréciés en Asie », a-t-il avancé.

Tenir les deux sessions de cette année à temps montre également que l'épidémie de COVID-19 a été complètement maîtrisée, a affirmé dimanche Tam Yiu-chung, délégué de Hong Kong au Comité permanent de l'APN. « J'ai déjà reçu deux injections du vaccin de Sinopharm à Shenzhen, comme la plupart des délégués. »

Une source proche du dossier a déclaré au Global Times que les députés et les membres arriveront à Beijing le 3 mars et que la réunion devrait également être raccourcie à sept jours, comme ce fut le cas l'année dernière.

Les journalistes qui assisteront aux réunions devront passer des tests d'acides nucléiques, et certains d'entre eux qui assisteront à la réunion spéciale des responsables ministériels pourraient être invités à se faire vacciner, selon cette source.