« La fréquence et la profondeur des communications entre la Chine et l’Union européenne reflètent la détermination politique et les mesures actives des deux parties dans la mise en œuvre du consensus important atteint lors de la 22e Rencontre des dirigeants sino-européens, ce qui montre que la nature de la relation bilatérale entre la Chine et l’UE est le partenariat », a déclaré jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, lors d’une conférence de presse régulière.

Le porte-parole se référait aux récents évènements entre la Chine et l’UE, incluant le 8e Dialogue économique et commercial de haut niveau, les appels et les vidéoconférences entre le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et ses homologues des pays comme la France, l’Allemagne ou encore l’Italie, ainsi que le 31e cycle de négociations sur un Accord bilatéral global sur les investissements (AGI).

« Depuis l’apparition du Covid-19, la Chine et l’UE ont continué à se soutenir et à s’aider réciproquement, maintenant une communication et une coopération étroite », a souligné Wang Wenbin, notant que les deux parties organiseraient une série d’échanges importants de haut niveau et qu’elles auraient de nombreux projets de coopération à stimuler.

La Chine est prête à maintenir une communication et une coordination étroite avec l’UE sur la base du respect mutuel et de la recherche d’un terrain d’entente, mais aussi de la mise de côté de leurs différences, afin de porter le partenariat stratégique global sino-européen vers une nouvelle étape, a-t-il précisé.

Le ministère chinois du Commerce a fait valoir le désir des deux parties d’achever les négociations sur l’AGI d’ici la fin 2020.

Le 8e Dialogue économique et commercial de haut niveau a permis aux deux parties d’échanger leurs points de vue sur les négociations en cours, à la suite de leur dernier cycle de négociation qui a eu lieu du 20 au 24 juillet.

L’UE a enregistré les progrès significatifs réalisés sur les questions liées à l’équité des conditions de marché, mais un travail tout aussi important reste à faire sur des questions clés comme l’accès au marché et le développement durable, a fait savoir la délégation de l’UE en Chine dans un communiqué de presse publié jeudi.

Le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a ainsi fait remarquer : « La crise actuelle ne nous donne pas d’autre option que de travailler main dans la main avec nos partenaires mondiaux, y compris la Chine. En combinant nos efforts, nous pouvons nous rétablir plus rapidement sur le plan économique et faire des progrès dans les domaines d’intérêt mutuel, comme les relations de commerce et d’investissement. »

Selon lui, les deux parties doivent résoudre les points de blocage, comme la réciprocité dans la façon dont les entreprises des deux pays sont traitées : « Nous allons devoir faire des progrès supplémentaires notamment sur ces questions, en amont du prochain Sommet des dirigeants de cet automne », a-t-il expliqué.