La Commission nationale de la Santé (CNS) de Chine a fait savoir que la méthode de dépistage hybride utilisée à Wuhan et à Beijing sur les sites de dépistage à grande échelle du Covid-19 n’avait pas d’impact sur la sensibilité des tests.

Dimanche dernier, la Commission nationale de la Santé (CNS) a annoncé sur SinaWeibo, qu’il existait deux modes de tests hybrides : un qui utilise des échantillons mélangés de 3 à 5 personnes dans un seul tube de prélèvement ; et un autre qui prélève le même volume d’échantillons de 3 à 5 personnes et implique leur mélange.

D’après la CNS, le premier mode a été largement utilisé sur les sites de dépistage de Beijing et il n’affecte pas la sensibilité des tests. Le second mode pourrait quant à lui affecter la sensibilité du test, quoique de façon limitée.

Par exemple, si au cours de la procédure de prélèvement des échantillons, cinq personnes sont divisées en un groupe, un code-barres d’identification sera attribué au tube d’échantillon de chaque personne pour éviter de le mélanger avec les autres. Au cours de ces procédure d’analyse, l’attention est essentielle pour éviter les erreurs et de confondre l’échantillon d’une personne avec celui d’une autre.

Le dépistage hybride a permis de renforcer grandement la capacité de test par amplification des acides nucléiques (TAAN) du Covid-19 à Beijing. La capacité de dépistage des instituts médicaux dans la capitale est de 200 000 personnes par jour, mais le mode de dépistage hybride a permis de tester jusqu’à 2 millions de personnes par jour, sans avoir recours à du personnel supplémentaire.

La CNS note également que le dépistage hybride peut uniquement s’appliquer dans les zones présentant un faible risque d’infection. Les individus présentant des symptômes en clinique et ceux étant en contact proche avec des cas confirmés ne peuvent qu’être testés individuellement.