Selon le journal britannique The Telegraph, la Chine a levé les restrictions de circulation à la mi-avril, et les écoles et les entreprises ont rapidement rouvert leurs portes à leur tour. Elle a pu faire cela deux mois avant l'Europe et l'Amérique, qui commencent à peine à rouvrir.

Maintenant que le Royaume-Uni tente de relancer son économie, que peuvent apprendre les investisseurs de la façon dont les entreprises chinoises ont réagi ?

Un ouvrier sur le chantier du complexe immobilier de Joy City à Wuhan, capitale de la province chinoise du Hubei (centre), le 28 avril 2020. (Xinhua)

Rebond dans les secteurs de la fabrication et de la construction

Les activités de construction et de fabrication ont enregistré un rebond en « V » en Chine. Cela se reflète dans le rebond du PMI (Purchasing Managers’ Index – Indice des directeurs d‘achat) manufacturier chinois, une mesure de l'activité économique, qui est passé de 36 points en février à 52 en mars. À la mi-avril, la production industrielle semblait également être revenue à des niveaux plus normaux, a ajouté Ma Wenchang, employée de la société de gestion de fonds d’investissement Ninety One.

Guy Foster, du gestionnaire d'investissement Brewin Dolphin, a lui aussi reconnu que la construction et la fabrication étaient à la tête de la reprise économique du pays et atteignaient à nouveau des niveaux normaux.

Cela correspond aux perspectives économiques des gestionnaires de fonds britanniques. Ils ont identifié le secteur de la construction comme un potentiel « point positif » au cours des prochains mois, alors que le confinement s’assouplit au Royaume-Uni.

Cependant, Winston Ke, de First State Investments, a ajouté que sur la base de l'expérience chinoise, les secteurs axés sur le marché intérieur seront plus rapides à rebondir que les entreprises exportatrices, car la demande mondiale de biens est toujours faible.

Difficultés pour les secteurs des loisirs et de l'hospitalité

Par rapport aux secteurs de la construction et de la fabrication, les dépenses de consommation pour les loisirs et l'hôtellerie ont été faibles en Chine.

Mme Ma a ajouté que la demande dans le secteur des services n’avait atteint qu’un peu plus de la moitié des niveaux habituels en Chine, et ce malgré le soutien de la vente de marchandises en ligne.

« Les restaurants ont placé des panneaux de séparation sur leurs tables et ne fonctionnent qu'à une capacité de 50% pour réduire les risques de propagation du virus. Les lieux de divertissement, tels que les cinémas et les musées, restent eux toujours fermés à travers la Chine », a-t-elle indiqué.

Si le Royaume-Uni suit une voie similaire, les secteurs des loisirs et de la restauration tarderont également à se redresser.

Demande refoulée : les ventes de voitures rebondissent

Les dépenses de consommation n'ont pas toutes été lentes à se redresser. Rob Marshall-Lee, de BNY Mellon Investment Management, a déclaré que l'assouplissement des restrictions de déplacement en avril avait entraîné un rebond rapide de certains types de consommation.

« Selon de nombreuses entreprises chinoises, certaines sont à peu près de retour à la normale. Les magasins chinois de Nike sont tous ouverts depuis des semaines et les chaînes d'approvisionnement en équipements de semi-conducteurs de la société néerlandaise ASML fonctionnent également bien après les contraintes initiales », a fait savoir M. Marshall-Lee.

La demande de produits tels que les cosmétiques semble avoir fortement rebondi grâce à la demande refoulée, et les ventes de voitures ont également montré une forte reprise en « V », a-t-il noté.

« La vente de voitures n’a enregistré qu’une baisse de 3% en glissement annuel en avril, contre une chute de 82% en février, ce qui veut dire qu’elles sont revenues à la normale en à peu près 2 mois », a-t-il ajouté.

Andy Rothman, du gestionnaire d'investissement Matthews Asia, a noté que la reprise des ventes de voitures reflète le fait que la classe moyenne et les consommateurs riches ont à la fois suffisamment d'argent et suffisamment confiance en l'avenir pour dépenser.

M. Marshall-Lee a affirmé que cela pourrait indiquer à quoi s'attendre au Royaume-Uni, selon la rapidité avec laquelle les restrictions du confinement seront levées et l'ampleur du ralentissement économique sur les revenus, les emplois et la confiance dans l'avenir des consommateurs.