La Chine reste le plus grand pays en développement du monde, comme le montre le dernier rapport de la Banque mondiale, a affirmé la Société nationale chinoise des statistiques (SNCS).

Ces affirmations surviennent après que le Programme de comparaison internationale (PCI) 2017, publié mardi par la Banque mondiale, a révélé que le PIB de la Chine se classait au premier rang mondial en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA).

Cependant, le PIB par habitant basé sur la PPA de la Chine n'était que de 85,3% de la moyenne mondiale en 2017, se classant au 90e rang mondial, en baisse de 11 places par rapport à son classement du PIB par habitant basé sur les taux de change.

« De toute évidence, il existe un écart important par rapport aux pays développés », a déclaré le SNCS dans un communiqué publié sur le site Internet du Bureau national des statistiques (BNS).

Le gouvernement chinois a affirmé à plusieurs reprises que la Chine était le plus grand pays en développement du monde, malgré une croissance économique rapide au cours des quatre dernières décennies.

Ce statut a des implications pour le commerce mondial. Les États-Unis ont exclu la Chine de leur liste des pays en développement en février, une décision qui mettra fin à certaines des conditions favorables dont bénéficiaient les entreprises chinoises.

Lian Ping, directeur du Zhixin Investment Research Institute, a indiqué mercredi que les données du PIB basées sur la PPA fournissaient une perspective valable, mais qu’il ne fallait pas trop les mettre en avant.

« Cela devrait être utilisé comme référence pour guider les décideurs politiques dans la recherche et la résolution des problèmes de développement d'un pays », a avancé M. Lian, notant que la méthode ne tenait pas compte du pouvoir scientifique et financier d'un pays.

« Même si le PIB basé sur la PPA de la Chine a dépassé celui des États-Unis, de nombreux pays dominent largement la Chine en termes de PIB par habitant », a noté M. Lian.

Le PIB basé sur la PPA de la Chine en 2017 était de 19 600 milliards de dollars, soit 7500 milliards de dollars de plus que son PIB basé sur le taux de change la même année, et 0,5% de plus que celui des États-Unis, représentant 16,4% du volume total des 119 500 milliards de dollars de l'ensemble du monde.

Le SNCS a noté que les résultats pour tous les pays sont produits par les agences régionales de mise en œuvre et par la Banque mondiale, et qu'ils ne sont pas produits par les économies participantes dans le cadre des statistiques officielles nationales.

M. Lian a également souligné qu'en raison de certaines limites du Programme de comparaison internationale, ses résultats devraient être utilisés avec prudence.

Ye Qing, directeur adjoint du Bureau des statistiques de la province du Hubei (centre), a déclaré que la méthode de calcul du PIB basé sur la PPA offrait une perspective qui se concentre sur le pouvoir d'achat, mais sa valeur de référence est inférieure au PIB, car « le PIB reste le principal indicateur pour déterminer l'état de développement d'un pays ».

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) n'a pas de définition pour le statut de pays en développement. La Banque mondiale et l'ONU ont leurs propres méthodes pour déterminer un tel statut, mais la Chine n’est pas un pays développé selon l'une ou l'autre de ces définitions.

Dans le rapport de la Banque mondiale publié mardi, les dix économies ayant les PIB par habitant basés sur la PPA les plus élevés en 2017 étaient : le Luxembourg, le Qatar, Singapour, l'Irlande, les Bermudes, les îles Caïmans, la Suisse, les Émirats arabes unis, la Norvège et Brunei, avec un seuil d’entrée de 60 282 dollars par habitant.

Les dix pays ayant les PIB basés sur la PPA les plus élevés en 2017 étaient : la Chine, les États-Unis, l'Inde, le Japon, l'Allemagne, la Russie, le Royaume-Uni, le Brésil, la France et l'Indonésie. L’on constate que les économies en développement remontent le classement lorsque le PIB est calculé à l'aide de la méthode basée sur la PPA.