L'émergence de cas d’infection locale au COVID-19 en Chine causés par des personnes de retour de l’étranger a encouragé les appels publics à imposer une quarantaine obligatoire de 14 jours dans des sites désignés à toutes personnes arrivant d’un autre pays, alors que la politique leur permettant d’effectuer leur quarantaine chez eux a montré des lacunes apparentes.

Les voix appelant à la mise en quarantaine dans des endroits désignés pour tous les voyageurs arrivant dans le pays se sont renforcées après que Beijing et Shanghai ont chacun reporté mardi un cas local confirmé de COVID-19 lié à des cas importés, faisant suite à la détection d’un autre cas local dimanche dans la province du Guangdong (sud).

La cause de l'infection du patient de Beijing, surnommé Liu, et probablement due au fait qu'il a pris un escalier avec un homme revenu du Royaume-Uni qui effectuait une quarantaine à domicile après son arrivée en Chine le 5 mars, a indiqué mardi le Centre de prévention et de contrôle des maladies de Beijing.

Lundi, la Chine avait confirmé 427 cas importés, dont 380 citoyens chinois et 47 citoyens étrangers, a fait savoir mardi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Auparavant, Beijing avait autorisé les passagers à demander de faire leur quarantaine à domicile s'ils vivaient seuls ou si tous les membres de leur famille avaient besoin d'une mise en quarantaine, mais la ville a révoqué cette mesure mardi, affirmant que dès mercredi, toutes les personnes entrant à Beijing depuis l'étranger devront effectuer une quarantaine centralisée dans la capitale pendant 14 jours à leur arrivée.

La quarantaine à domicile est inadéquate, car dans de nombreuses communautés, les résidents peuvent sortir avec une attestation et personne ne peut les surveiller tout le temps, a déclaré mardi un travailleur communautaire du nom de Meng.

« La quarantaine intensive de 14 jours sur des sites centralisés et désignés devrait être la méthode la plus complète et la plus sûre, où les membres du personnel qui y sont stationnés s'occuperont de nous à tous les égards », a avancé Wendy Yang, revenue d'Espagne et maintenant mise en quarantaine dans un hôtel à Beijing.

« Je n'ai pas franchi le pas de ma porte », a-t-elle déclaré.

Les autres villes chinoises doivent apprendre de Beijing en comblant les lacunes de la quarantaine à domicile et en ajustant leurs politiques immédiatement pour imposer une quarantaine centralisée à tous les passagers lors de leur arrivée de l'étranger, ont posté mardi certains internautes en ligne.

La plupart des villes et provinces chinoises, comme la province du Guangdong et Shanghai, permettent aux voyageurs de demander d’effectuer leur quarantaine à domicile s'ils vivent seuls ou si tous les membres de la famille doivent subir une quarantaine.

En raison du facteur coût, il semble irréaliste d'imposer les mesures de mise en quarantaine « en boucle fermée » dans des endroits centralisés pour tous les voyageurs entrants, bien que les villes exigent que les personnes mises en quarantaine paient leurs propres factures, a déclaré Zhu Lijia, professeur de gestion publique à l’Académie chinoise de gouvernance.

Wang Peiyu, directeur adjoint de l'école de santé publique de l'Université de Pékin, a également indiqué que les villes chinoises devraient tester tous les voyageurs à leur arrivée. Les tests d'acide nucléique pourraient dépister la plupart des cas infectés.

À l'exception des grandes villes et provinces, telles que Beijing, Shanghai, la province du Guangdong et Yantai – une ville de la province du Shandong qui a intensifié ses efforts pour protéger l'entrée du port en testant tous les passagers – de nombreuses autres villes chinoises testent uniquement les passagers en provenance des principales régions du monde touchées par la pandémie.

Mais M. Zhu a fait valoir que tester tous les passagers entrants représenterait une énorme charge de travail pour les ports d'entrée des douanes et le personnel de l'aéroport, et utiliserait de grandes quantités de ressources médicales, ce qui est donc difficile à mettre en œuvre dans la réalité.

M. Wang a également indiqué que parfois, un test d'acide nucléique pouvait être inexact. Certains cas de porteurs de virus pourraient être négatifs pour le COVID-19 s'ils sont au stade précoce de l'infection ou encore en période d'incubation, ont montré des études. Ainsi, pour couper complètement le canal de transmission, les villes devraient imposer une quarantaine centralisée de 14 jours à tous les voyageurs entrants.