Le ralentissement de la consommation sera compensé par de solides fondamentaux, selon plusieurs dirigeants d’entreprises mondiales

L'impact de l’épidémie de nouveau coronavirus (COVID-19) sur l'économie chinoise sera temporaire et ne changera pas les fondamentaux de la croissance économique à long terme du pays, ont affirmé mardi des dirigeants d'entreprises mondiales.

« Nous sommes convaincus que la Chine surmontera non seulement les difficultés et gagnera la bataille contre l'épidémie, mais qu'elle aura la capacité de minimiser l'impact de l'épidémie sur l'économie », a déclaré Wang Renrong, directeur exécutif de Budweiser Brewing Co (APAC).

Le ralentissement du secteur de la consommation ne devrait pas alarmer, a indiqué M. Wang, soulignant qu'il était largement admis que l'économie chinoise avait bien réussi à passer d'un développement rapide à une croissance de qualité.

De nombreux bureaux de la société belge ont repris le travail lundi dans le cadre d'un accord de travail flexible afin de maintenir les opérations de routine.

Étant donné que la Chine a mis en place plusieurs mesures pour atténuer l'impact de l’épidémie de coronavirus sur son économie, avec entre autre un soutien financier des banques et des réductions d'impôts et de loyers, Philips (Chine) est encouragé par ces mesures et mobilisera ses ressources locales et mondiales pour assurer ses opérations de fabrication et ses activités innovantes. a déclaré Andy Ho, PDG de la société.

Les autorités fiscales chinoises ont publié mardi un document contenant un ensemble de politiques visant à alléger le fardeau fiscal des particuliers et des entreprises durant l’épidémie de COVID-19, avec notamment des exonérations de l'impôt sur le revenu des particuliers et de la taxe sur la valeur ajoutée pour certains contribuables.

Les entreprises qui fournissent des fournitures essentielles pour contrôler l'épidémie recevront un remboursement intégral de leurs crédits d'impôt des taxes supplémentaires sur la valeur ajoutée. La TVA sur les revenus du transport et de la livraison express des fournitures de lutte contre l'épidémie sera annulée, selon le document.

« Sur la base de l'expérience de la crise du SRAS en 2002-2003, nous pouvons prévoir un rapide rebond de l'économie chinoise en termes de reprise des stocks, de réapprovisionnement de la demande, ainsi que de relèvement de la consommation de biens et de services après le gel », a déclaré Denis Depoux, directeur général pour la Chine du cabinet de conseil mondial Roland Berger.

La croissance économique bénéficiera également d'un solide soutien fiscal et monétaire du gouvernement, et les investissements dans les infrastructures locales, financés par des obligations spéciales, soutiendront l'économie comme en 2019, a-t-il affirmé.

Davantage d'entreprises étrangères ont repris la production comme prévu et d'autres demandent aux employés de travailler à domicile. Lundi, les usines appartenant à Tesla Inc, Cargill Inc, Samsung Electronics Co et SK Hynix ont toutes repris leur production à travers la Chine.

Le gouvernement accordera la priorité à la demande de produits d'entreprises financées par des capitaux étrangers qui produisent des biens et équipements de protection, tels que des vêtements de protection médicale, des masques faciaux et des lunettes de protection, afin de reprendre rapidement la production et de répondre à la demande du marché, et il les aidera à obtenir les matériaux de protection nécessaires, selon une circulaire dévoilée lundi par le ministère du Commerce.

Wang Tao, économiste en chef en Chine à la banque suisse UBS, a déclaré que même si le secteur des services – en particulier le tourisme, la restauration, les transports et la vente au détail – est le plus durement touché cette fois, sa société s'attend à ce que la politique fiscale accorde des allégements fiscaux aux entreprises affectées, en particulier aux petites et moyennes entreprises (PME), un soutien ciblé aux zones et aux ménages touchés, ainsi qu’une impulsion supplémentaire aux investissements dans les infrastructures.

« Le coronavirus représentant un choc négatif ponctuel, nous nous attendons à ce que la croissance du PIB de la Chine rebondisse à 6% en 2021 alors que les activités se normalisent », a fait savoir M. Wang, ajoutant que la tendance à long terme du passage de la Chine vers une économie davantage axée sur la consommation, de la hausse de la part des services dans l’économie globale, et de la modernisation technologique se poursuivra.

Liu Yuanchun, vice-président de l'Université Renmin de Chine, a déclaré que les progrès en matière de capital, de main-d'œuvre et de technologie sont connus comme étant les principaux déterminants du développement à long terme d'une économie. L'épidémie n'entraînera pas de changements fondamentaux dans la façon dont le capital et le capital humain s'accumulent en Chine, et incitera les gens à accorder une plus grande attention aux progrès technologiques.

À court terme, la forte résilience de l'économie l'aidera à se défendre contre toute perturbation causée par l'épidémie, a affirmé M. Liu, citant l'avantage institutionnel de la Chine qui lui permet de concentrer ses ressources afin d’accomplir des tâches majeures, sa forte capacité de production, son vaste marché intérieur et ses outils politiques variés.