Alors que les ventes de véhicules à énergies nouvelles (VEN) ont baissé de 4 % l’année dernière en Chine, marquant le premier déclin de ce segment dans le pays, les experts industrielles ont appelé à de nouvelles mesures − notamment des mesures non monétaires − pour alimenter son développement.

L’année dernière, les constructeurs automobiles chinois et internationaux ont produit 1,206 million de véhicules électriques et de véhicules hybrides rechargeables en Chine, contre 1,256 million en 2018, selon l’Association des constructeurs automobiles de Chine (ACAC).

« Cette baisse a été en premier lieu le résultat d’une diminution des subventions gouvernementales à la fin juin 2019. [...] Du fait de la petite échelle de ce segment, les constructeurs de VEN perdent de l’argent. La chute notable ayant suivi l’arrêt des subventions montre que le segment continue d’avoir besoin d’un soutien politique, tout au moins de mesures pour faciliter leur utilisation », explique Chen Shihua, le secrétaire général adjoint de l’association.

Lors d’un forum du secteur organisé samedi dernier, le ministre de l’Industrie et des technologies de l’information, Miao Wei, a fait savoir que le gouvernement ne réduirait pas les subventions de manière substantielle cette année, afin de stabiliser le marché et d’assurer le développement sain du segment. La Chine a commencé à financer ce segment en 2009, faisant depuis lors diminuer progressivement ses subventions. Miao Wei a déclaré que le ministère travaillait sur des directives pour le développement de ce segment et les promulguerait bientôt.

Dong Yang, le vice-président du laboratoire d’idées EV 100 leader dans le secteur, a appelé les autorités à clarifier ces mesures le plus rapidement possible, afin que les constructeurs puissent être prêts : « Donnez-leur quelque chose dont ils puissent être sûrs. Ils ont besoin de mesures et d’un environnement stables », a-t-il souligné.

Malgré cette baisse temporaire, Miao Wei a précisé que le secteur chinois des VEN avait pris la tête au niveau mondial et que le pays allait continuer sa stratégie consistant à consolider cette dynamique : « Il n’y a pas de changement dans le développement sain et à long terme des VEN », a-t-il affirmé.

En 2015, la Chine a dépassé les Etats-Unis en tant que plus grand marché mondial pour les VEN. Depuis, les ventes annuelles en Chine ont représenté plus de la moitié du total mondial. A la fin de l’année dernière, il y avait près de 3,8 millions de véhicules électriques et de véhicules hybrides rechargeables en Chine, d’après les données du ministère de la Sécurité publique.

L’année dernière, les ventes globales de véhicules en Chine ont chuté de 8,2 % sur une base annuelle à 25,77 millions d’unités, après une baisse de 2,8 % en 2018, note l’ACAC. Celle-ci prévoit une nouvelle baisse de 2 % cette année, du fait du ralentissement de l’économie et du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis. Pour sa part, Miao Wei a estimé samedi dernier que le marché global des véhicules atteindrait son point le plus bas en 2020 ou 2021, avant de rebondir.

L’année dernière, la plupart des constructeurs en Chine ont été affectés par cette baisse. SAIC Motor, le plus grand constructeur du pays, a produit 6,24 millions de véhicules, enregistrant une baisse de 11,54 % en glissement annuel.

GM, le deuxième constructeur enregistrant les meilleures ventes en Chine, a vu ses ventes dans le pays chuter de 15 % par rapport à l’année précédente, à 3,09 millions d’unités. L’entreprise avait vendu 3,65 millions de véhicules en 2018 et 4,04 millions en 2017.

Great Wall Motors a enregistré une légère croissance de 0,69 % par rapport à 2018, ses ventes atteignant un total de 1,06 million d’unités.

Honda a été l’un des rares constructeurs à avoir été préservé. Grâce à ses deux joint-ventures, le constructeur japonais a vendu un nombre record de 1,55 millions de véhicules dans le pays l’année dernière.

A contrario, la plupart des constructeurs de véhicules haut de gamme ont vu leurs ventes augmenter, malgré les vents contraires subsistant depuis près de deux ans.

Le constructeur suédois Volvo a vendu 161 436 véhicules en Chine l’année dernière, soit une hausse de 18,2 % en glissement annuel. Volvo a indiqué que ses modèles utilitaires sportifs étaient un produit phare, l’entreprise remportant des parts de marché en Chine, aux Etats-Unis et en Europe, malgré la stagnation du marché mondial des véhicules.

Mercedes-Benz a vendu 693 443 véhicules de sa marque homonyme dans le pays, soit une hausse de 6,2 % en glissement annuel, faisant d’elle la marque de véhicules haut de gamme enregistrant les meilleures ventes en Chine.

Hubertus Troska, un membre du Comité de direction de Daimler responsable de la région Chine, a qualifié 2019 de « remarquable » pour les activités de Daimler en Chine, ayant contribué pour près d’un tiers des ventes mondiales de l’entreprise.

L’année dernière, les ventes d’Audi en Chine ont augmenté de 4,8 % en glissement annuel, pour atteindre les 688 888 unités. Lu Yi, le vice-président exécutif d’Audi Chine, a prédit une nouvelle augmentation du segment des véhicules haut de gamme cette année, sans préciser quel serait ce niveau de croissance.