En 2019, un groupe de projets trans-régionaux a illustré la poursuite par la Chine d'un développement de haute qualité en optimisant les ressources en eau, en stimulant le développement durable et en améliorant la vie des gens.

Une ligne de vie d'approvisionnement en eau

L'exploitation du projet de dérivation des eaux du sud vers le nord de la Chine, le plus grand du monde, est entré dans sa sixième année en 2019, apportant d'énormes avantages à un pays très peuplé mais où de vastes régions manquent cruellement d'eau.

Depuis le 12 décembre 2014, la première phase des canaux est et centre a livré environ 30 milliards de mètres cubes d'eau vers le nord du pays, bénéficiant directement à plus de 120 millions de personnes.

Selon Jiang Xuguang, vice-ministre des Ressources en eau, ce projet a servi de véritable bouée de sauvetage pour l'approvisionnement en eau de plus de 40 villes grandes et moyennes et 260 comtés après que ces zones ont commencé à utiliser l'« eau du sud ».

Parallèlement, le projet freine efficacement la tendance à la baisse du niveau des eaux souterraines et à la détérioration de l'environnement écologique de l'eau, la surface des zones de rivières, des lacs et des zones humides s'étant considérablement étendue.

Le projet a également facilité la croissance économique, la modernisation industrielle et l'amélioration de l’environnement écologique dans les régions situées le long des voies d’alimentation en eau.

Une artère d'énergie propre

Le gazoduc le plus long et le plus grand de Chine, connu sous le nom de « gazoduc d'ouest en est », a ouvert une ère du gaz naturel pour la Chine et optimisé la structure énergétique du pays depuis sa mise en service officielle en 2004.

Le projet de gazoduc de plus de 4 000 km est constitué du bassin du Tarim, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) comme principale source de gaz et du delta du fleuve Yangtsé comme principal marché cible, formant un réseau d'approvisionnement en gaz naturel traversant la Chine d’ouest en est.

Selon la PetroChina Tarim Oilfield Company, au cours des 15 dernières années, l'approvisionnement en gaz naturel du gisement de pétrole du Tarim via le pipeline est passé de 351 millions de mètres cubes par an à 25 milliards de mètres cubes par an.

A la date d’octobre 2019, le gisement de pétrole du Tarim avait fourni plus de 240 milliards de mètres cubes de gaz naturel, bénéficiant à 400 millions de personnes et à 3 000 entreprises dans plus de 120 villes. Parallèlement, la production du gisement devrait atteindre 30 millions de tonnes d'équivalent pétrole d'ici 2020 et 36 millions de tonnes d'ici 2025.

Un canal de transmission d’électricité

La transmission d'électricité ouest-est, un autre programme géant mis en œuvre par la Chine, a contribué à résoudre le problème d’une alimentation électrique déséquilibrée.

Il s'agit de l'un des plus grands réseaux électriques au monde avec trois voies de transmission d'énergie au nord, au centre et au sud. Les réseaux électriques locaux ont produit une quantité d’électricité massive. Parmi eux, la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), a envoyé une quantité record d'électricité de plus de 140 milliards de kWh aux régions de l’est du pays en 2019.

Le Sichuan, une autre province du sud-ouest de la Chine, a quant à lui envoyé un total de plus de 1 000 milliards de kWh au cours des dernières années, soit, selon les chiffres de la State Grid Sichuan Electric Power Company, 10 fois la puissance électrique annuelle de la centrale hydroélectrique des Trois Gorges.

Dans le même temps, le programme a également aidé la Chine à réaliser des percées technologiques. La technologie de courant direct à ultra-haute tension, par exemple, a résolu le problème de la perte de puissance pendant la transmission sur de longues distances.