La Commission formulera des règles régissant la qualité des actifs au cours de cette « dernière année de bataille »

Les régulateurs sont déterminés à traiter avec les institutions financières à haut risque et à continuer de démanteler les services bancaires parallèles, a annoncé samedi la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances.

Lors de sa récente conférence de travail annuelle, la commission a souligné l'importance de renforcer de manière globale la réglementation de la qualité des actifs et des passifs des institutions financières dans les secteurs de la banque et des assurances.

La Commission, le principal régulateur chinois des banques et des assurances, a déclaré qu'elle formulerait des règles détaillées pour améliorer la précision de la classification des actifs sur la base du système actuel à cinq catégories, qui organise les prêts bancaires en fonction de leurs risques inhérents. Les catégories sont: réussite, mention spéciale, qualité inférieure, douteux et perte.

Elle renforcera également de manière globale la réglementation de la qualité des actifs et des passifs afin d'améliorer le statut de passif des banques et des assureurs, en particulier des petites et moyennes institutions financières.

« L'année 2020 sera la dernière année d'une dure bataille contre les risques financiers », a affirmé Zeng Gang, directeur général adjoint de l’Institution nationale pour la finance et le développement. « La prévention et la résolution des risques financiers restent la tâche principale du régulateur ».

Alors que les innovations dans le secteur bancaire continuent de croître, les actifs non liés aux obligations de crédit représentent désormais une proportion assez importante du total des actifs des banques. En conséquence, les anciennes méthodes de classification de la qualité des actifs, qui visent principalement à divulguer les prêts non performants, ne décrivent plus les caractéristiques actuelles des actifs bancaires.

« Pour obtenir un véritable profil de risque dans le secteur bancaire, le régulateur a décidé d'étendre la portée des actifs bancaires couverts par le système de classification de la qualité des actifs, passant des prêts au total des actifs financiers », a fait savoir M. Zeng.

« La Chine doit également ajuster l'ancien système à cinq catégories pour s'adapter aux changements des réglementations financières et des normes comptables internationales, ainsi que pour améliorer la précision de la classification de la qualité des actifs ».

Le régulateur a déclaré qu'il guidera les institutions financières pour allouer davantage de fonds aux domaines clés et aux maillons faibles de l'économie chinoise ainsi que pour améliorer la qualité et l'effet de la finance au service de l'économie réelle, la partie qui produit des biens et des services.

Il a exhorté les banques commerciales à réduire davantage les coûts de financement des petites entreprises - auxquels les banques accordent une ligne de crédit totale allant jusqu'à 10 millions de yuans (1,45 million de dollars) pour chaque emprunteur - de 0,5 point de pourcentage, en plus de demander aux cinq plus grandes banques commerciales chinoises d’augmenter leurs offres de ce type de prêts de plus de 20% cette année par rapport à 2019.

Lian Ping, président du China Chief Economist Forum, a indiqué que par rapport aux grandes entreprises publiques, les petites entreprises privées subissaient une pression économique plus forte, donc la réduction des coûts de financement des petites entreprises sera une mesure importante pour améliorer leur situation financière.

Il est nécessaire que le régulateur mobilise les institutions financières pour jouer un rôle plus important à cet égard, a-t-il déclaré, ajoutant que les cinq plus grandes banques commerciales devraient jouer un rôle central.

Mais M. Lian a souligné que pour atteindre l'objectif de réduction des coûts de financement des petites entreprises, il ne suffira pas de se fier aux cinq plus grandes banques commerciales.

« La Chine devrait lancer une série de politiques ciblées pour encourager les petites et moyennes banques, les coopératives de crédit et les institutions financières émergentes telles que les banques de village à jouer un plus grand rôle au service des petites entreprises. Le principal devoir de ces types d'institutions financières est de servir les petites entreprises et les sociétés privées. Le régulateur devrait également permettre à davantage d'institutions financières de petite et moyenne taille qui satisfont aux exigences de conformité de se développer », a déclaré M. Lian.

Il a demandé au régulateur de noter que les petites et moyennes banques pourraient perdre des petites entreprises privées de haute qualité au profit des grandes banques, car ces dernières sont invitées à augmenter les prêts aux petites entreprises. Ce changement dans la structure du marché doit être bien géré, a-t-il ajouté.