La Chine a achevé le 11 janvier la mise en exploitation du radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d'ouverture (FAST), le radiotélescope le plus grand et le plus sensible du monde, le mettant officiellement en service après un essai productif de trois ans.

Désormais, le télescope va s'ouvrir progressivement aux astronomes du monde entier, leur fournissant un outil puissant pour découvrir les mystères entourant la genèse et les évolutions de l'univers.

Selon Shen Zhulin, un responsable de la Commission nationale du développement et de la réforme, qui s’est exprimé le 11 janvier lors d'une réunion de mise en service, tous les indicateurs techniques du télescope ont atteint ou dépassé le niveau prévu, et ses performances sont de classe mondiale.

Le FAST est un télescope à antenne parabolique d'un diamètre d'un demi-kilomètre et dont la zone de réception est équivalente à environ 30 terrains de football. Il est situé dans une dépression karstique naturellement profonde et ronde de la province du Guizhou (sud-ouest de la Chine).

Avec sa mise en service, le FAST peut maintenant être utilisé pour l'observation à pleine capacité et devrait faire un certain nombre de découvertes scientifiques majeures dans les deux ou trois prochaines années, a déclaré Jiang Peng, ingénieur en chef du télescope.

En plus de deux ans, le téléscope a identifié 102 nouveaux pulsars, soit plus que le nombre total de pulsars découverts par des équipes de recherche en Europe et aux États-Unis au cours de la même période. Il a également amélioré la précision de synchronisation des pulsars d’environ 50 fois le niveau précédent, ce qui permet aux humains de détecter pour la première fois des ondes gravitationnelles à très basse fréquence du niveau du nanohertz.

Surnommé l’« Œil céleste de la Chine », le FAST est environ 2,5 fois plus sensible que le deuxième plus grand télescope du monde et capable de recevoir un maximum de 38 gigaoctets d'informations par seconde.

Selon Li Kejia, un scientifique de l’Institut d'astronomie et d'astrophysique Kavli de la Peking University, le FAST a élargi de quatre fois le volume de la gamme spatiale que les radiotélescopes peuvent explorer efficacement, ce qui signifie que les scientifiques peuvent découvrir davantage d'étoiles inconnues, de phénomènes cosmiques et de lois de l'univers, ou même détecter de la vie extraterrestre.

Carl Heiles, professeur d'astronomie à l'Université de Californie à Berkeley et membre de la National Academy of Sciences des États-Unis, a souligné que le FAST a fourni des opportunités révolutionnaires à l'astronomie, en particulier en identifiant des pulsars et en observant des nuages interstellaires.

D’un coût de près d’1,2 milliard de yuans (environ 170 millions de dollars), le FAST a été achevé en septembre 2016, plus de 20 ans après avoir été proposé par les astronomes chinois.

Près de 10 scientifiques américains, britanniques et pakistanais ont déjà travaillé sur le FAST. Mais avec sa mise en service formelle, d’autres collaborations mondiales sont attendues dans des domaines tels que la détection des ondes gravitationnelles et l'interférométrie à très longue ligne de base (VLBI).

Pour assurer les performances du FAST, environ 7 000 habitants vivant à proximité ont été relocalisés, avant de regagner une ville située à 10 km du télescope. Un parc sur le thème de l'astronomie a également été construit autour du site du FAST, attirant un grand nombre de visiteurs et de touristes.