La partie continentale de la Chine s’est classée au 57e rang de l’Indice de prospérité (« Prosperity Index ») mondial publié par le Legatum Institute fin 2019. C’est 25 places de plus par rapport au classement de 2018.

L'Indice de prospérité Legatum est un classement annuel de 167 pays couvrant 99,4% de la population mondiale.

Développé par le Legatum Institute, un groupe de réflexion basé à Londres dépendant de la société d'investissement privée Legatum, ce classement se fonde sur un large éventail de mesures qui visent à capturer le bien-être collectif, en tenant compte de la sécurité, des libertés individuelles, de l'ouverture économique, de la gouvernance, de l'éducation et des conditions environnementales.

La recherche a montré que la Chine a enregistré ses meilleurs résultats dans les domaines de la santé et de la qualité économique. Elle se classe ainsi 21e pour le paramètre santé et 23e pour la qualité économique. Par rapport à il y a une décennie, la plus grande amélioration a été enregistrée dans le paramètre du capital social, avec une 34e place en 2019.

La Chine a connu une réduction spectaculaire de la pauvreté au fil des ans : ainsi, la proportion de résidents ruraux vivant en dessous du seuil de pauvreté est passée de 10,2% en 2012 à 1,7% en 2018. De plus, aujourd’hui, le pays est en passe d'éradiquer la pauvreté dans les zones rurales et d'éliminer la pauvreté régionale cette année.

C’est le Danemark qui se classe à la première place de l’Indice. Selon les organisateurs, le monde est plus prospère qu'il ne l'a jamais été dans l'ensemble.

« Les économies sont plus ouvertes en raison de l'amélioration de l'environnement d'investissement et de la connectivité numérique, ainsi que d'une réduction des charges administratives », a conclu la recherche.

Par ailleurs, selon l'étude « Doing Business 2020 » du Groupe de la Banque mondiale publiée en octobre de l'année dernière, la Chine a rejoint les rangs des 10 économies qui se sont le plus améliorées dans le monde pour la facilité d’y faire des affaires pour la deuxième année consécutive, grâce à un programme de réforme solide.