Cela aidera à forger de nouvelles relations avec l'UE et à lutter contre le protectionnisme

La Chine et la France ont poursuivi dans leur approfondissement de leurs relations bilatérales, les deux pays s'étant engagés à défendre le multilatéralisme et le libre-échange.

En tant qu’un des plus grands pays de l’Union européenne (UE), la France entretien des relations plus étroites avec la Chine, ce qui pourrait contribuer à forger de nouveaux liens entre l’UE et la Chine et à lutter contre le protectionnisme croissant sous l’administration Trump.

Le président chinois Xi Jinping s’est entretenu mercredi avec le président français Emmanuel Macron, s'engageant à travailler ensemble pour faire progresser le partenariat stratégique global entre la Chine et la France, à veiller sur le monde, sur l'avenir et sur les gens, et à maintenir leur partenariat à l'avant-garde des relations entre grande puissance, a rapporté l'agence de presse Xinhua.

Les deux pays partagent des intérêts fondamentaux sur le changement climatique et la biodiversité, et ont pris des mesures communes à cet égard au cours des deux dernières années. Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris rend le partenariat franco-chinois dans ces domaines encore plus nécessaire, ont rapporté des médias.

Après la rencontre entre MM. Xi et Macron mercredi, la Chine et la France ont publié un plan d'action visant à promouvoir la confiance mutuelle, à lutter contre le changement climatique, à soutenir la connectivité et à encourager le commerce et les investissements bilatéraux, selon Xinhua.

Le plan d'action définit également les secteurs traditionnels et émergents sur lesquels les deux parties peuvent collaborer ainsi que les échanges culturels et entre les peuples.

C’est la première fois que deux pays présentent un plan d’action de ce type, considéré comme une initiative novatrice, ont affirmé des analystes. C'est également le premier plan du genre signé entre la Chine et un pays développé, montrant que la Chine n'est pas isolée en Occident et que certains pays occidentaux reconnaissent la philosophie de développement de la Chine, ont avancé des experts.

« Le plan met en évidence le mot “action”, qui pourrait être perçu comme un pas de géant dans les relations bilatérales entre les deux pays, alors que les deux parties devraient prendre des mesures plus concrètes pour mener à bien différents projets », a expliqué Song Luzheng, chercheur à l’Institut chinois de l'Université Fudan, à Shanghai.

Le plan prévoit que les deux chefs d'État maintiennent un mécanisme de réunion annuelle, ce qui est « sans précédent », a déclaré M. Song, soulignant que cela contribuerait à renforcer le dialogue politique et la confiance mutuelle, créant ainsi des synergies positives pour la collaboration Chine-UE.

Alors que la montée de l'unilatéralisme et du protectionnisme aux États-Unis pose de grands défis au monde, l'Europe est également confrontée à une période d'ajustement stratégique avec le Brexit et un populisme de droite en hausse. Ainsi, un signe fort de soutien à la mondialisation et au multilatéralisme injecterait de la confiance dans la coopération bilatérale et régionale, ont noté des analystes.

Des accords signés

Les deux pays ont signé 24 contrats d'une valeur totale de 15 milliards de dollars, couvrant un large éventail d'industries, dont l'aéronautique et le nucléaire civil, et ont également établi une feuille de route pour atteindre des résultats concrets d'ici l'année prochaine, a rapporté Xinhua.

Par exemple, une ouverture à double sens du secteur financier sera encouragée, avec un élargissement des exportations agricoles françaises vers la Chine, selon le plan. Les deux nations ont également fait des progrès dans des secteurs traditionnels tels que l'aviation. Les deux parties ont convenu de prendre des mesures concrètes et efficaces pour de nouvelles initiatives concernant les avions gros porteur monocouloir Airbus, selon un protocole d'accord signé mercredi à Beijing.

Vingt sociétés françaises devraient vendre de la volaille, du bœuf et du porc à la Chine, qui dispose du marché de consommation le plus dynamique au monde, et M. Macron a également déclaré espérer que les Chinois suivraient l'exemple du président Xi en essayant des vins et des mets français, ont rapporté plusieurs médias.

Outre les secteurs traditionnels, les deux chefs d’État ont encouragé un approfondissement des liens dans le secteur des technologies de pointe avancées afin de faire progresser la fabrication intelligente tout en renforçant la compétitivité industrielle.

Atteindre un plan d'action avec la Chine montre que le président français estime qu'il ne suffit pas de compter sur l'Europe pour résoudre les problèmes mondiaux, a affirmé Zhang Bei, chargé de recherche adjoint au département des études européennes de l’Institut chinois des études internationales, basé à Beijing.

« Que ce soit dans le commerce ou dans tout autre domaine, la France et les autres pays européens doivent nouer un partenariat avec la Chine pour atteindre leurs objectifs », a déclaré M. Zhang.

Les liens Chine-UE

En tant qu'un des plus grands pays de l'UE, la France a un statut important au sein du bloc et affiche de grandes ambitions diplomatiques.

« Depuis les élections de cette année au Parlement européen, l'UE a remodelé le leadership de la France en Europe », a indiqué mercredi Dong Yifan, chercheur à l'Institut d'études européennes des Instituts chinois des relations internationales contemporaines.

Avec l'Allemagne confrontée à un changement politique dans l'ère post-Merkel, le Royaume-Uni étant englouti dans le Brexit et l'Italie enlisée dans des conflits internes, ces pays ne peuvent pas faire preuve d'un leadership suffisant dans les actions politiques extérieures de l'UE. C'est alors que Macron, président tourné vers l'idéalisme et le libéralisme, s’est fait remarquer en Europe, a noté M. Dong.

Le volume commercial entre la Chine et l'UE a atteint 682 milliards de dollars en 2018, les importations de la Chine s’élevant à 273 milliards de dollars et ses exportations à 409 milliards de dollars, selon les données du ministère du Commerce.

La Chine, la France et le reste de l'Europe sont victimes du protectionnisme américain. Ni la Chine ni l'Europe ne peuvent supporter le risque d'être marginalisées ou d’assister à un effondrement de l'ordre commercial multilatéral. Le renforcement des relations entre la Chine et la France a clarifié ce point, et cela devrait permettre d'accélérer les négociations sur le traité d'investissement bilatéral entre la Chine et l'Europe, ont déclaré des analystes.

« Le rôle joué par la France dans l'approfondissement des relations avec la Chine constituera un exemple pour les autres pays européens », a affirmé M. Dong, soulignant que le plan d'action pouvait également être considéré comme un indicateur de l'amélioration des relations entre la Chine et l'UE.