img0

(Photo Chen Qingqing / GT)

Le premier jour de l'entrée en vigueur de la loi anti-masques à Hong Kong a eu un effet palpable dans la mesure où il a dissuadé les radicaux masqués, tandis que les émeutiers organisaient des stratégies de guérilla urbaine dans divers districts.

Alors que d’horribles manifestations violentes se déroulaient dans toute la ville, le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong a invoqué des pouvoirs d’urgence pour promulguer une loi interdisant les masques faciaux lors de rassemblements publics illégaux, avec pour but de cibler les radicaux dissimulant leur identité sous un masque pour commettre des crimes.

La loi anti-masques est entrée en vigueur le 5 octobre, autorisant la police à obliger une personne se trouvant dans un lieu public à retirer son masque facial pour vérifier son identité.

Cela n’a pas empêché certains manifestants en costume noir, dont le sécessionniste Joshua Wong, portant des masques, d’entamer une marche illégale aux alentours de 14 heures à partir de Causeway Bay. Cependant, certains ont été rapidement dispersés. Lorsque des manifestants illégaux sont arrivés à Central, la police anti-émeutes a arrêté ceux qui portaient des masques et leur a demandé plus de détails.

Par rapport aux rassemblements illégaux précédents, de nombreux manifestants de samedi ne portaient pas de masques et se sont enfuis rapidement pour ne pas être confrontés à la police anti-émeutes. Bien qu'un petit nombre d'émeutiers aient continué à se déchaîner dans des secteurs tels que Siu Sai Wan, Yau Ma Tei, Mong Kok, Yueng Long, etc. en bloquant des routes et en vandalisant des magasins, la plupart se sont enfuis avant l'arrivée de la police.

La loi anti-masques a certainement eu un effet dissuasif sur les contrevenants, qui sont restés extrêmement prudents pour éviter d'être capturés par une caméra samedi.

L'introduction de la loi anti-masques a pour but de garantir que les auteurs de crimes violents seront traduits en justice, afin qu'ils ne puissent pas se cacher derrière leurs masques pour échapper à leurs responsabilités, a déclaré la secrétaire à la Justice, Teresa Cheng. La nouvelle loi vise spécifiquement les émeutiers ou ceux qui recourent à la violence et est considérée comme une mesure nécessaire pour aider à mettre fin à la spirale de violence que connaît la ville.

Sans masques, certains radicaux se sont montrés moins téméraires samedi, car il y a eu peu d'affrontements entre des émeutiers et la police, ont constaté les reporters du Global Times. Et la police a mis fin aux dispersions dans différents districts de manière rapide et efficace.

Cependant, la situation extrêmement violente à Hong Kong a semé la panique parmi le public. Toujours ce 5 octobre, les habitants ont fait la queue devant les guichets automatiques pour retirer de l'argent, tandis que certains ont commencé à faire le plein de vivres et de produits de première nécessité, alors que l'inquiétude grandissait face à l'escalade de la violence, qui pourrait à nouveau paralyser la ville.

Selon les médias locaux, citant l’Autorité monétaire de Hong Kong (Hong Kong Monetary Authority, HKMA), les émeutiers ciblent désormais les succursales de banques de la partie continentale de la Chine, et sur les 3 300 distributeurs automatiques de billets à Hong Kong, plus de 10% ont été endommagés et ne pourraient plus fonctionner normalement. La HKMA a néanmoins souligné que le système bancaire de Hong Kong, doté de liquidités abondantes et d'une très bonne qualité d'actifs, était robuste et solide et qu'il était bien placé pour résister à toute volatilité des marchés.

Carrie Lam, directrice générale du gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong, a pour sa part déclaré que le niveau de vandalisme des émeutiers était sans précédent et que les actes extrêmes qu’ils ont commis ont amené des heures sombres à Hong Kong le 4 octobre soir et l’ont à moitié paralysé le lendemain.

« J'appelle tout le monde à soutenir le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong afin qu'il puisse mettre fin à la violence conformément à la loi, à condamner la violence ensemble et à se dissocier résolument des émeutiers », a-t-elle déclaré.