Les manifestations qui se déroulent à Hong Kong depuis plus de trois mois ont été émaillées de violences et ont vu de nombreux actes de vandalisme de propriétés publiques ainsi que des perturbations des transports publics, ce qui a causé des dommages et des pertes évaluées à plusieurs milliards de dollars hongkongais.

Le département des Transports de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a déclaré qu'environ 20 000 mètres de rails avaient été endommagés, ce qui a entraîné des coûts de maintenance de 8 millions de dollars hongkongais. Le département a déjà déboursé environ 150 millions de dollars hongkongais pour l'entretien des installations routières et du matériel de police, a rapporté le journal Wen Wei Po, basé à Hong Kong. Environ 280 feux de signalisation endommagés depuis juin ont été réparés, pour un coût estimé à 4,2 millions de dollars hongkongais.

Au cours des dernières semaines, des manifestants violents ont détruit des feux de circulation, des panneaux de rue, des barrières et autres infrastructures routières. Les principales infrastructures routières de Mong Kok et de Tsim Sha Tsui ont été détruites à plusieurs reprises.

Les manifestations dans les transports en commun, y compris dans les stations de métro MTR et à l'aéroport international de Hong Kong, ont non seulement affecté des centaines de milliers de personnes, mais ont également entraîné des pertes énormes.

L'aéroport a été paralysé pendant un jour et demi début août, et les pertes de fret aérien ont été estimées à 15 milliards de dollars hongkongais.

Le président et PDG de la Hong Kong MTR Corporation a adressé dimanche une lettre ouverte aux passagers de MTR, déplorant que les violences avaient entraîné des actes malveillants dans des dizaines de stations, affectant considérablement le trajet quotidien des passagers et menaçant la sécurité du personnel.

Parallèlement, le Conseil législatif a été fortement endommagé en juillet lorsque des manifestants ont réussi à pénétré à l’intérieur. Les travaux de réparation devraient coûter plus de 50 millions de dollars hongkongais. Le bâtiment sera réparé à la mi-octobre, a rapporté le Wen Wei Po.

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, a déclaré lors d’une conférence de presse mardi que les dommages causés aux infrastructures de la ville avaient été sévères lors de ces derniers mois, bien qu'elle n'ait pas fourni de détails.

Mme Lam a indiqué que le gouvernement disposait de fonds suffisants pour les réparer, mais a souligné que le plus important était de mettre fin à ces dégradations, appelant les habitants à ne pas se laisser entraîner dans des actes de violence.

Les dommages causés aux stations de métro ont largement dépassé l'opposition au projet de loi sur les extraditions, et l'escalade de la violence ne peut résoudre les problèmes sociaux actuels et ne fera que creuser le fossé social, a noté Mme Lam.

Ho Kai-ming, un député du conseil de district de Kwun Tong, a fait savoir mardi que des lampadaires intelligents et d'autres installations routières de son district avaient été endommagés, indiquant que les coûts de réparation s’élèveraient au moins à 3 millions de dollars hongkongais.

M. Ho a déploré que la destruction des installations publiques avait complètement dévié des objectifs initiaux des manifestants, avançant que leurs actes violents ciblaient tous ceux qui soutenaient l’État de droit.

Un commentaire publié dimanche sur le site HK01 a critiqué la destruction des équipements des transports en commun par les manifestants violents, notant que de nombreux agents de nettoyage devaient travailler toute la nuit et que le personnel de maintenance de MTR devait réparer les installations.

« Sont-ils [les nettoyeurs et le personnel du MTR] les cibles de la manifestation anti-extradition? Les magasins qui ont fermé plus tôt à cause des manifestations sont-ils aussi leurs cibles? », ajoute l’auteur du commentaire.