Mardi dernier, le Conseil des affaires d’Etat a annoncé que la Zone pilote de libre-échange (ZLE) de Shanghai serait étendue pour inclure la Nouvelle zone de Lingang.

Dès lors, Song Changjun, qui est à 34 ans le directeur d’une entreprise spécialisée dans les technologies de l’information installée dans la Nouvelle zone, s’est retrouvé submergé par les appels téléphoniques et les messages de la part d’agences immobilières locales souhaitant lui vendre des appartements, voire des villas dans la zone.

Song Changjun a enregistré son entreprise à Lingang il y a six ans. Il n’était pas spécialement intéressé par un achat immobilier, mais les appels et les messages ont fait leur effet.

Trois jours après l’annonce du plan d’expansion, il s’est donc rendu dans un centre de services administratifs, malgré les recommandations du gouvernement municipal de rester chez soi ce jour-là: le typhon Lekima s’apprêtait à frapper la ville avec des pluies fortes et des vents violents.

L’objectif de Song Changjun était simple. Il voulait se renseigner sur les opportunités présentées par le plan consistant à inclure Lingang dans la ZLE de Shanghai.

« J’étais venu au mois de mai pour des questions liées à mon entreprise. En moins de trois mois depuis ma venue, le centre a été rénové [et comporte désormais] un guichet proposant des services de conseil en investissement à l’entrée. J’ai consulté ce plan d’inclusion plusieurs fois depuis son annonce. Celui-ci insiste tout particulièrement sur l’économie réelle, notamment dans le secteur de la production manufacturière moderne », explique-t-il.

D’après ce plan qui vise à inclure la Nouvelle zone de Lingang dans la ZLE de Shanghai, les entreprises spécialisées dans les secteurs clés — comme les circuits intégrés, l’intelligence artificielle, la biomédecine et l’aviation civile— auront droit à un taux d’imposition sur les revenus des entreprises à 15 % sur les cinq années suivant leur enregistrement dans la zone. Le système fiscal chinois prévoit généralement un taux d’imposition autour de 25 % sur les revenus des entreprises.

Plus encore, avec son inclusion dans la ZLE de Shanghai, la Nouvelle zone de Lingang (qui s’étend sur 119,5 km2) a vocation à devenir une zone économique spéciale (ZES) avec une influence et une compétitivité fortes sur le marché mondial d’ici 2035.

Sun Yuanxin, un professeur de gestion et chercheur sur les zones de libre-échange à l’Université de finance et d’économie de Shanghai, estime que Lingang ne va pas seulement prendre la main dans les quatre secteurs clés mentionnés dans le plan, mais également se placer en tête du développement de la production intelligente, des véhicules à énergies nouvelles et des mégadonnées.

« La définition de cette zone nouvellement incluse en tant que zone économique spéciale va encourager davantage d’entreprises spécialisées dans les industries émergentes à s’installer à Lingang et aider Shanghai à accomplir plus de résultats dans les secteurs stratégiquement importants, ce qui est conforme à la trajectoire de développement du pays », explique-t-il.

Lingang, qui se trouve dans la partie la plus au sud-est du quartier de Pudong à Shanghai, est à l’origine de nombreux succès industriels en matière de production manufacturière, depuis que le gouvernement municipal a commencé à y établir un pôle industriel en 2003. Des géants de l’intelligence artificielle, comme Cambricon et SenseTime, se sont ainsi implantés à Lingang.

En mai 2018, le Comité administratif de Lingang a déployé un plan pour établir une zone de démonstration qui permettra de mettre à l’essai des véhicules, des bateaux et même des avions autonomes. La « gigafactory » de Tesla à Shanghai, qui a attiré plus de 50 milliards de yuans (6,3 milliards d’euros) d’investissements, se trouve également dans la Nouvelle zone de Lingang.

La capacité de Lingang dans la production manufacturière de pointe est cruciale, alors que le développement économique de la Chine doit affronter des incertitudes croissantes au niveau mondial, explique Yin Chen, le secrétaire-général de l’Institut de recherche sur les ZLE de l’Université de Fudan.

« Il est désormais de la plus haute importance de renforcer la compétitivité industrielle du pays et de se placer en haut de la chaîne de valeurs. A cette fin, le renforcement de la capacité d’innovation dans les sciences et technologies est une nécessité pour la ville et le pays en général », souligne-t-il.

Etant donné le niveau d’ouverture plus élevé dont témoigne l’inclusion de la Nouvelle zone de Lingang, Shanghai va pouvoir attirer plus de talents de haut niveau et de ressources mondiales. Cela stimulera la compétitivité de Shanghai et la coopération mondiale, estime Yin Chen.

L’inclusion de Lingang est la deuxième expansion de la ZLE de Shanghai, qui était la première de son genre en Chine lors de son lancement en septembre 2013. La première expansion de la ZLE a eu lieu à la fin 2014, lorsque la zone est passée de 28 km2 à 120 km2 en intégrant plusieurs parties du quartier de Pudong.

La deuxième expansion reflète l’immense succès de la ZLE de Shanghai au cours de ces dernières années, explique Zhao Xiaolei, le directeur de l’Institut de recherche sur les ZLE de l’Université de finance et d’économie de Shanghai. Cette dernière expansion survient également au moment opportun, car Shanghai a appelé à un nouveau cycle de développement stratégique.

Selon lui, « alors que la supervision et l’innovation systématique ont été soulignées au cours de ces dernières années, nous pouvons voir que la nouvelle zone incluse dans la ZLE de Shanghai se concentrera davantage sur la liberté d’investissement, le commerce, les capitaux, le transport et l’emploi, ce qui constitue une nouvelle avancée ».