Selon un rapport annuel publié le 10 juin par l'Equipe technique d'intervention d'urgence du réseau informatique de Chine (CNCERT), la plupart des cyberattaques qui ont ciblé les réseaux chinois en 2018 ont eu pour origine les États-Unis.

En ce qui concerne les activités de chevaux de Troie et de botnet, le CNCERT a constaté que 3,34 millions d’ordinateurs de la partie continentale de la Chine étaient contrôlés par plus de 14 000 serveurs de commande et de contrôle (serveurs C & C) aux États-Unis en 2018, soit 90,8% du nombre de serveurs C & C en 2017.

Aux États-Unis, 3 325 adresses IP, en hausse de 43% par rapport à 2017, ont implanté des chevaux de Troie dans 3 607 sites Internet de la partie continentale de la Chine.

Selon l'organisation, dans les deux catégories mentionnées ci-dessus, les États-Unis sont en tête de la liste des sources d'attaques informatiques à l'étranger ciblant des ordinateurs et des sites Internet sur la partie continentale de la Chine.

Créé en 2002, le CNCERT est une organisation non gouvernementale de coordination technique de la sécurité des réseaux.