Au moins 40 personnes ont été tuées et plus de 20 autres blessées dans les fusillades survenues vendredi dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a annoncé la Première ministre Jacinda Ardern.

Quatre suspects ont été arrêtés, dont un homme né en Australie et ayant des opinions extrêmes. A ce stade, le gouvernement n'a aucune raison de croire qu'il y aurait d'autres suspects, a-t-elle indiqué.

"Il est clair qu'on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste", a déclaré Mme Ardern lors d'une conférence de presse à Wellington, ajoutant que l'attaque semblait avoir été "bien planifiée".

Deux engins explosifs attachés à des voitures ont été déclassés par la police.

La Première ministre a déclaré que la sécurité était renforcée à travers tout le pays.

Au moins deux assaillants armés ont ouvert le feu dans deux mosquées séparées à Christchurch .

Selon les médias locaux, un homme armé en tenue de camouflage a tiré à l'intérieur de la mosquée Masjid Al Noor, située au centre de Christchurch, lors d'une prière d'après-midi.

Selon des estimations, les fusillades se sont produites dans au moins six lieux différents.

Des témoins ont mentionné avoir vu du sang et plusieurs morts, et au moins 50 salves de coups de feu ont été entendues lors des fusillades, selon l'un d'entre eux.

Le ministre néo-zélandais de la Police, Mike Bush, a déclaré être au courant que des images de la fusillade de la mosquée Al Noor étaient diffusées sur les médias sociaux, ajoutant que la police faisait tout son possible pour les faire retirer.

"C'est l'un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande. Mes pensées vont à Christchurch", a déclaré Mme Ardern dans son allocution précédente.

"C'est une violence sans précédente en Nouvelle-Zélande. Il n'y a pas de place pour de telles violences extrêmes dans le pays", a-t-elle martelé.

La police a recommandé aux habitants de rester chez eux. Toutes les mosquées du pays sont invitées à fermer leurs portes et les Néo-Zélandais sont invités à s'abstenir de se rendre dans ces lieux jusqu'à nouvel ordre.

Le consul général de Chine à Christchurch, Wang Zhijian, a confié à Xinhua que des mécanismes de réponse d'urgence avaient été activés. Jusqu'à présent, aucun ressortissant chinois ne figure parmi les victimes.

Le bureau du consulat général de Chine collabore avec la police locale pour vérifier si des citoyens chinois ont été touchés par cette tragédie.