La Chine appelle les États-Unis à examiner de manière objective et juste la situation des droits humains sur leur territoire et à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, lors de son point de presse régulier. La veille, Washington avait placé la Chine « dans une catégorie à part » en l’accusant de violations des droits de l'homme.

Lu Kang a déclaré jeudi que le rapport publié par les États-Unis à ce sujet était comme d'habitude rempli de préjugés idéologiques et d'accusations infondées, et a annoncé que Beijing avait déposé une déclaration solennelle à Washington.

« Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection et à la promotion des droits humains », a-t-il déclaré.

« Depuis la fondation de la République populaire de Chine, nous avons accompli de grands progrès dans la cause des droits de l'homme, ce qui est évident pour la communauté internationale », a-t-il souligné.

Au cours de son point de presse, M. Lu a conseillé aux États-Unis de réfléchir à leur propre bilan national en matière de droits humains et de régler d’abord leurs questions nationales.

La Chine a également publié jeudi un rapport intitulé La situation des droits de l’homme aux États-Unis en 2018, en réponse aux Rapports pays par pays sur les pratiques en matière de droits de l'homme en 2018 publiés par le Département d'État américain le 13 mars.

Le rapport chinois composé de 12 000 caractères expose les violations des droits humains aux États-Unis dans différents domaines, notamment les violations graves des droits civils des citoyens, la prédominance des avantages politiques liés à la richesse, les inégalités croissantes de revenus, l'aggravation de la discrimination raciale et les menaces croissantes à l'encontre des enfants, des femmes et des immigrés, ainsi que les violations causées par les politiques unilatérales menées selon le principe de « l’Amérique d’abord ».