La construction des installations électriques est en cours pour la ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) devant relier Beijing à Zhangjiakou, sur laquelle circuleront les premiers trains automatiques au monde pouvant atteindre la vitesse de 350 km/h.

Les premiers 1300 m de caténaire sont en train d’être mis en place et des systèmes intelligents seront disposés sur l’ensemble du système d’alimentation électrique pour s’assurer de la sécurité opérationnelle, a annoncé lundi dernier la China Railway Corporation (CRC).

Cette nouvelle ligne est un projet important en vue des Jeux olympiques d’hiver de Beijing en 2022 et constituera la première LGV intelligente au monde permettant la circulation de trains automatiques à une vitesse de 350 km/h.

Le fonctionnement automatique de ces TGV coordonné au système de navigation par satellite Beidou a été testé entre juillet et septembre de l’année dernière sur une section de la ligne Beijing-Shenyang, passant avec succès tous les tests de sécurité.

C’est la première fois que le système Beidou est appliqué à la circulation ferroviaire. Grâce à lui, les trains peuvent démarrer, circuler et s’adapter aux horaires prévus de manière automatique. Beidou aide aussi à l’arrêt précis des trains dans les gares, ainsi qu’à l’ouverture et la fermeture de leurs portes, explique Jiang Ming, l’ingénieur en chef adjoint de la China Railway Signal and Communication Corporation (CRSC).

Ces trains sont par ailleurs équipés de plusieurs milliers de capteurs, qui permettent leur inspection automatique en continu pour assurer la sécurité de leur fonctionnement. Ils ont également été conçus avec une zone permettant de ranger des snowboards, un mécanisme pour sécuriser les fauteuils roulants et un centre d’information mobile, où les passagers pourront voir les retransmissions en direct des Jeux olympiques.

D’après la CRC, de nombreux robots intelligents seront utilisés dans les gares des TGV pour guider les passagers et les aider à transporter leurs bagages.

La pose des rails devrait être achevée au cours du premier semestre de cette année, et les opérations d’essai et d’ajustement de la ligne seront lancées au deuxième semestre.

Lorsque cette ligne, longue de 174 km, deviendra opérationnelle d’ici la fin de cette année, le trajet entre Beijing et Zhangjiakou sera réduit à 50 minutes, contre trois heures actuellement.

Cette ligne sera également connectée à la LGV entre Zhangjiakou et Hohhot (région autonome de Mongolie intérieure), faisant passer le temps de trajet entre Beijing et Hohhot de neuf heures à trois heures.